Tag Archives: Interview

Bliss Zion Interview

bliss

[Photo by Stan Proudlock]

I was fortunate to have a quick chat with the very talented singer, MC, selector, producer, and promoter Bliss Zion ahead of her first ever gig in Glasgow, as part of the Decades of Dub Female Takeover. 

 

How did you first get into reggae, and especially singing and producing?

So, my mom has always been listening to reggae, not so much dub, more like Tony Rebel, Morgan Heritage, Beres Hammond… So like lovers rock and stuff, so I grew up on that and dancehall. Buju Banton and all that. And at the age of about 14 I started going to dub nights in Bristol, and I was blown away. Later on my mom introduced me to Andy Scholes from 2 Kings, and she knew most of the guys in Bristol who were active in the scene.

I grew up on reggae, and then I started collecting records as I began going to the night and buying records there. I was also writing songs and singing, but just your standard songwriter stuff.

So not reggae at that point?

No.  But I was always singing. And then I thought “hey I could start doing this”. But first I started collecting records, and Andy Scholes was like “why don’t you come and have a gig”. So he gave me my first gig.

And then I started working with Ras Muffet from Roots Injection. I met him through my mom’s friends. There’s a little place in Bristol called Cosies that’s been going on for longer than I’ve been alive, and my mom used to go there when I was a baby on reggae Sundays. And the guys that run it, Conroy and Dion, who I also run Bristol Dub club with, also run a sound system in Bristol called Jah Lokko.

So my mom introduced me to them, and one day they just asked me “why don’t you come and meet our friend Ras Muffet”. And I knew who he was already as I’d been going to dances for a few years by then. And I was just like “no waaaay! Yeah!” [laugh].

At first I wasn’t confident with singing, so he was just teaching me how to produce, because I was already producing dubstep at home. Just to a very average level.

Bedroom dubstep?

Yeah bedroom dubstep. And then I went over to his over and the first experience I had of making a dub tune was with a desk. It was amazing. We made it in Qubase, and that was my tune New Beginnings, which Iration Steppas have played.

Is that the one we can find on Youtube?

Yeah that tune. I had made it at home. I’ve actually put on Soundcloud the one I made at home and the one I made with Muffet, so that people can hear the difference. Because obviously the one I made in the studio, the instrumental is the same as the one I made at home, but once it’s been through the desk and all the channels, it just brings it to life. So I thought it would be really cool for people to be able to listen to the two.

And it’s quite funny, because when I first used to play it, people would go “that’s not your tune, is that a Muffet tune?”. Because it gone through Muffet’s equipment, it sounds like a Muffet tune.

It sounds like one of his productions?

Yeah, but I made it, and he just helped me finish it. And then I started going around there regularly, and he started teaching me, well… everything. Mixing, building a riddim… And as I got more confident with him and as a musician, I started singing.

The first song I sung was actually ‘Freedom out of Babylon’, and then I did a tune with Muffet called ‘A Time to Come’, which isn’t anywhere except my record bag.

It’s basically (Ras) Muffet, Andy Scholes, and being in Bristol that got me into reggae

Well that leads on to the next question. Outside of London, Bristol is one of the other big reggae and sound system cities. Here in Glasgow if you start out and you’re quite new, It’s fairly easy in that sense that it’s quite a small and tight community for sound systems, and people are happy to help out. Is it like that in Bristol too? How was it starting out there?

Yeah definitely. I mean it’s changing in recent times, because it’s getting a bit saturated.

But the general vibe is that in the community everyone helps out.  For instance, the night I run Bristol Dub Club, we almost run like a cooperative. So we sometimes book big sounds, we’ve had Channel One, Iration Steppas play there, and obviously you have to pay them whatever they want to be paid. But in general how we work is we say to people “we’ll cover your costs, and whatever we make on the door we’ll split”. So me and the other promoters, we’d never make a thousand pounds on the door and just take it, not that that ever happen anyway. Everyone that has been involved, including people who have handed out flyers, helped at the door, and obviously the sound systems, the artists…all get a cut. And that is part of it. It just means that small sound systems who aren’t known can come and play, and don’t have to worry about putting on their own nights, and try to get lots of money together for that.

It’s a community idea isn’t it.

That’s it yeah. But then you have these other nights who are coming in and setting up these massive student events on the same nights as ours. And it’s like, we’ve been doing this for ten years, and you’re fucking this up so you can make ten grand… But the heart of it is beautiful.

bliss2

[Photo by Stan Proudlock]

That’s the other thing as well, the sound system scene and bass culture scene is huge now. Glasgow is coming up, but Bristol is huge by now – stuff like Tokyo dub and all that

We’ll they’ve actually just changed their name. It started off as predominantly dub nights, and now it’s called Tokyo World. Because it was a bit disrespectful as they weren’t really pushing the dub side of it. But he didn’t mean to do that, and he changed the name. But there was a period of time where everyone was just like “why is he calling it Tokyo dub, where is the dub”.

Everyone is all about supporting the scene, which sometime can be a bit too much you know. Everyone has so much to say, and there is so much politics involved in it. But the heart of it is good, and people have good intentions.

I mean it’s quite a small city and everyone ends up knowing each other. I guess that why I also wanted to ask you about Cosies, it seems like everyone who starts in Bristol goes through Cosies.

Yeah, Cosies… It’s just mad.  On a Friday night there might be techno, on another Friday night there might be dubstep, but on a Sunday its always reggae. Getting to play at cosies means more to me. I’ve played at Glastonbury the last few years, and Cosies means more to me, even though Glastonbury is really amazing. Actually I really love Glastonbury as well. Okay bad example [laugh]

Let’s say playing at a really big event, Cosies has so many memories you can feel it in the place. But even Cosies is changing, I mean Bristol is changing

It seems like an incubator for the Bristol scene.

Yeah I mean it’s easy to use, you don’t need to pay much to hire it. People just go there for a good time. No one really knows what’s going on. They’re like “Oh let’s go to cosies”, they won’t say “let’s go to cosies to see such and such”. Occasionally maybe, but generally it’s just because you know that whatever is on there will be good.

Did you feel it was quite easy starting as an artist and DJ in Bristol?

Definitely. When I was growing up I always felt like I didn’t really fit in with anything, like I didn’t really have best friends. I spent all my summers at festivals and my good friends would be there, but then they would be in other parts of the country during the year. So I always felt very isolated in Bristol.
And as soon as I started entering the dub scene, not even as an artist but just as a person who goes to those nights, I instantly felt welcome. I find that in any dub across the UK. If you are at a proper dub night, not a student mash-up night – which is cool too – but when you are at a proper dub night, even if you don’t know anyone, someone is going see you in the garden and see that you’re not with anyone and come to ask “hey are you alright”.

It’s a different vibe. Most of the time I think it’s because there’s not really many drugs involved.

And if there is I guess it’s more social drugs like weed, where you can still talk to people, not just chew your jaw off.

Exactly yeah. I’ve never felt alone in that scene… I think it was very nice to come into it, very welcoming.

I had a few more questions about Bristol, and especially the Bristol sound. It is quite peculiar. There’s Dubkasm, Maasai, You, Evermoor, Henry & Louis, Armagedion… The Bristol sound seems to be on the heavier side of dub, quite steppers. Is that an influence from everyone else, or just how it developed through other sounds?

Yeah that’s true. I’m not sure how it developed. I mean across the scene it’s become quite stepper focused. But people are moving back now, making slower stuff. We kind of just follow what has come before us, and change it a little bit. But the bottom line is, what people really want to dance to…

It’s a really difficult question to answer [laugh].

I’ve just started making more rootical stuff recently, none of it is ready yet. And I’m working with people to get some live instruments because I’ve been listening to a lot of steppers and I just think it’s a bit too much head-banging.

But I think it’s quite easy to make, steppers, compared to roots, because there is a pattern you can follow. I’m not saying it’s easy, it’s not, but it’s a good starting point.
You listen to Dubkasm’s early stuff it wasn’t really steppers, it was more rootical. You listen to Ras Muffet early days, like Shashamane…. It’s all just changed.

And you notice in the dance, people are going the most nuts when its 140 bpm steppers. Personally I love both, but the commercial crowd that are coming and supporting the scene with their money, they like steppers. So I think everyone keeps making steppers for them.

In Glasgow for example, it’s a big techno city. And unless you’re really into it, it’s hard for people to get into the roots vibe. Guys like Mungo’s are a bit more on the dancehall side, bridging the gap between reggae and more continuous mixing and bass music in general. It’s a lot easier for people to get into, because it’s more familiar.

Yeah dance music, really. You can pop a pill to it.

You’ve worked with Maasai Warrior quite a bit. How did that happen, or how did get to collaborate with them? They seem to have sprung out of nowhere, and become one of the ruffest sound around in the space of 5-6 years.

Yeah they were just about, and then they had the sound. They used to play at Bristol Dub Club a bit.

I used to go to school with Jermel’s sister, and he lives around the corner from me. One day he just asked me if I wanted to come round, and that tune (Freedom out of Babylon) was recorded in his bedroom years before Maasai were touring around Europe. But yeah, he just asked me if I wanted to come round one day. And I already had some lyrics. I was really shy, and I had Paul Maasai on my shoulders, shacking me, going “Come on sista! Let it out, let it out!”.

And we had to do a couple of takes, because the first one I was just singing the chorus ‘freedom out of babylon’, and Paul was in the background shouting “freedom out of Babylon! Come on lexi, meh say freedom!!” [laugh].

And in the end I was too shy as a singer to do the harmonies. So the bits in between the chorus and the verse, that was Jermel. I was just “No Jermel I can’t do it, I can’t hit those notes”. And he just smashed it. It was literally just in a day we did that at his house.

Wow, because you wouldn’t think it was someone else. I thought it was you.

I know, it’s quite funny. And then we had no idea the tune would get such a great response. It worked really well.

It seems like Maasai, and Evermoor Sound, and you are the sort of new Bristol generation, that have been really active and pushing the scene.

It’s mostly built on friendship prior to anything to do with music. Quite a lot of the happenings, it’s just through friends and stuff. Bristol is just like that. People don’t say “oh I’m this person, I’m a big shot”. You get a couple who are like that. But generally not. And that’s really nice as a newcomer, to feel like you can work with these amazing people.

It’s like with Ras Muffet, he just says “hey come down whenever”. I used to just go round to his for hours.

bliss 3

[Photo by Tom Porter]

When you play, you obviously select tunes, but you also sing and MC. And that’s quite impressive because not everyone can do that, and do it well. MCing is very different from singing, and selecting demands a lot of attention. But you do all that and do it well. So I was wondering what is your process. Because combining the three and having to read the crowd in those three different ways must be very tricky.

Yeah, I find that it’s one of those things… I’ll never sit at home before a gig and practice, or say “I’ll sing this part over this tune”, and do this and this. I’ll maybe practice my songs, that I’ve produced and that I’m singing on, but when I’m singing or just MCing on riddims, it’s just totally on the spot. And a lot of the lyrics will come on the spot just from the vibes. It’s total freestyling most of the time.

Because sometimes I won’t sing during the whole set. I might sing my tunes, like Freedom out of Babylon or A Time to Come, but I might not actually freestyle because nothing’s coming. But other times it’ll just be vibes the whole time.

I’m trying to work on that because it’s good to try and find the balance between freestyling and having loads of stuff prepared in your head. I do have lyrics in my head that I could throw down at any point, but it’s nice just to feel the vibes and the flow.

Aba shanti, he’s one person that I really watch. And Mark Iration. Have you ever heard him sing? A lot of tunes just say ‘Iration Steppas’ and you’ll assume he’s just on the production. But he’s got an amazing voice, and he’s an amazing MC. But when he sings, and only occasionally does he sing, I love watching him. You know that it’s so natural because he only does it when he’s in the vibes. So yeah, Mark (Iration) and Aba Shanti are big inspirations.

Because it is hard. Say if I’m singing over a tune, then when and how am I going to get the next tune ready. So I’m singing whilst flicking through my record bag. Sometimes it gets a bit much. But when you’re in the moment it just flows and you don’t think about it, and you hope that you’re doing a good job.

Yeah it really is about spontaneity. Does that feed into how you interact and feed off the crowd as a selector.  

Just don’t separate yourself from the crowd. Yeah I’m behind the turntables and I’m playing the music, but we’re all here having a good time. Even if you’re not on the mic, all you have to do is just look into people’s eyes, and vibe off of them. The worst thing you can do when you’re playing is to keep your head down and not look at anyone. Because nobody wants to look at you and see you with your head down. They want to see you having fun with them, and the same time.

The last couple of question link up to what we were talking about earlier, as far as being a female singer, selector and MC.

Yes, I love this topic [laugh]

It’s quite interesting. I’d interviewed a few guys before about this topic, and asking them about the whole idea of sound system as a very male dominated scene, with the stereotype of sound system culture being dudes lifting big speakers, nerding around with electronics. But they were guys, so I’m really interested to hear about your experience within that scene, as an up and coming female artist.

Well yeah at times I did feel people were like ‘you’re good for a girl’. I did feel that. But generally people are cool. We’re moving out of a time when women were completely marginalised. I mean physically, naturally women aren’t as strong, but it’s the principle that if we want to be we can be. And that’ all I ask from people. When I lift a speaker-box it hurts me, that’s why I don’t have a sound system. I’m not cut out for that. But some women do, and people need to respect that, and respect that women can do that if they chose to do it.

Yeah, I mean you can tell people are always blown away by your set, and part of it is because you’re a woman and they maybe weren’t expecting that. And that’s kind of annoying. Like what did expect me to do, just skip the needle? cause loads of feedback?

There’s been a couple of times when I’ve been DJing… There was this friend of mine, I’d say he’s a feminist, like he’s clued up and in no way judgemental. And he was having a technical problem with the mixer, and he’d asked my partner –who’s not a DJ – about it. And I was standing right there, and I was DJing that night, and sort of just wondered why didn’t he ask me. My partner couldn’t sort it out, even though he is very technical, but I’m around mixers all the time. So I had a look at it and just flicked a switch and it worked. And this guy didn’t even realise. Because if he knew that I was thinking he hadn’t asked me because I’m a woman he would have been devastated. But it’s engrained in him to ask the closest man, even though I deal more with mixers than my partner.

And you get that a lot. You’d be doing something and people are like “I can’t believe you know how to do that”. Well you know, women can learn things too.

But mainly it is totally cool. Especially as a singer, because women are mainly seen as singers, not as selectors. That’s the easier part.

It’s sort of been a blessing as well. People are like “oh you’re a woman and you do this, great, I want to help you in any way I can”. Whereas if I was a boy, I might not have gotten the same support as I have. I don’t know.  But I have never been in a situation where someone said anything to me and made me feel like shit. I don’t pick up on it too much.

But on the topic of female nights, I think it’s great and we should embrace these female takeovers because women don’t get paid as much, and don’t get the same respect. What I have noticed about women compared to men – and this isn’t all men, this is mainly old men. The young ones are a different story; they have less ego it seems. But women are not there like “look at me, I look great behind these decks”. They’re just feeling the vibes, and people feed off of that. But a lot of guys, especially older guys, they’re just standing there “look at me, meh got tunes”. And yeah, you’re great and you’ve got great tunes, but I’m not really feeding off your ego right now. I think people like that about women. The women’s nights I do in Bristol do way better, in terms of turnout.

I guess the fact that you need a female takeover in itself shows the problem.

Exactly, but I still like to look on the bright side of it, and think that at least I’m not in Saudi Arabia, where women don’t even get these opportunities. And today things are being talked about constantly, people are more aware of certain things.

Okay so the last question would be do you have any future projects or releases? 

I’m going to start my own label, called Higher Meditation. I’m probably looking at the tail end of this year, beginning of next year.

I’m still finding my feet you know; it’s only been four or five years. If you look at the great people that are in this scene, they’ve been working on their stuff for years. I don’t want to rush anything and just put stuff out there for the sake of it. I really want to do it right and make some really nice connections. But I’m definitely planning some stuff. Because my only release has been freedom out of Babylon, and that was when I was 17. I’m 21 now.

It is a bit mad really. I’m very fortunate that I’ve had so many opportunities without releasing anything. But I do keep my dubplates fresh, I’m constantly making tunes at home, and playing them out, seeing the feedback, and then putting that feedback into the tunes I want to release.

So yeah, watch this space!

 

 

Thanks to Bliss Zion for her time, and to the Decades of Dub family for helping make this happen.

words by AF. 

Advertisements

Jah Shaka: Testament of Dub

Great little interview of the legendary Jah Shaka and his thoughts on the dub-reggae scene in the far-east (via JUICE):

Perhaps the greatest sin committed by the dance scene today, in certain parts of the world at least, isn’t its perceived dwindling quality. That point is infinitely arguable. Instead, it’s the lack of attention paid to sound on a more obvious level – not the technicality of composition, not the how of the music, but something more basic; the sound system with which these tunes are amplified on. Jah Shaka was one of the pioneers of sound system culture, a Jamaican subculture that was brought to the UK during a tumultuous time in their migration history. Any of the genres that branched off dub you pay allegiance to right now owe the seemingly immortal Rastafarian an invaluable debt. Shaka’s lecture during Red Bull Music Academy 2014 in Tokyo was expectedly an erudition of the importance of audio – from trajectory and acoustics to the effects of potent bass on a biological level to aural spirituality. JUICE had the rare opportunity to converse with the living legend, and filtered through the Jamaican-inflection of the man’s Ent-like pace of speech were the words of a godly man whose testament was less proselytising and more universally positive.

Thank you for giving us the opportunity to talk to you. It’s already a pleasure to attend your lecture! To start our own little session – we’re not sure if it’s a rumour, but we heard you actually dislike standing on stage when you play? You’d rather be with the crowd, in a circle of people. 
Yeah. Mostly with our sound system when the crowd is around us, we feel energy from fans, feel energy from the crowd. We like to do that. In travelling, sometimes better on stage, too much people, too near. So, sometimes abroad it’s better to be on stage although we like to be amongst the people. But when you’re with people who don’t understand you, you have to first balance it out. When they know you, then you can be near them.

You’ve been to Japan quite a lot…
Japan… about 17 years. I’ve been to Australia… tour in Israel, Germany, Italy. So many countries! Nonstop.

There’s another rumour we would like to check if it’s true. Was there one show where the lights were so hot that your dubplates melted and you walked off stage?
No, rumour! (Laughs)

When you’re a legend, there are many rumours. Music is very spiritual to you. What about people who don’t believe in religion but when they listen to your music, they find themselves getting lost in it. How does that work when you don’t believe but still find the music ‘spiritual’? 
What we are doing is planting seeds to grow. So when you hear something, you go into the community and practise. It’s good. And then you get to believe after. When people tell you, “You are a good man,” people say, “You are doing well,” [it’s] so you will know that you are doing something good. Whether someone believes in the beginning, they will believe eventually because of feedback from people. You have to know that when you’re playing [the] keyboard and you play a wrong note, you have to know that the note is wrong! [It’s] not good note… so religion – religion to us – is a way of life. How you live with people – that is religion. Love, respect others, help the sick, help the poor – people under privilege, help them. And whether you know or not, you are looking for God! Whether you know or whether you believe or not, it’s good.

Japan has a strong reggae scene. Even huge sound systems…
Mighty Crown [comes] to England sometimes, I see them.

Why do think the reggae sound is so big in Japan?
Influence. Jamaican artistes come to Japan. Great artistes. People recognise importance of legendary singers. People recognise [their] importance. So many bands in Japan at [Fuji Rock Festival] – ska bands! Playing Jamaican ska. [They] practise what they see in Jamaica. Someone would be in Japan and is like Miniman, or like Sizzla. Y’know, Japanese people produce lookalikes, whether [they’re] watches [or] shoes – they do it in music too. They can copy.

read the rest here

Interview Lion Roots [english]

lion roots sound system

 

Short interview with Lion Roots Sound System, about what it means to run a sound, the differences between the UK and French scene, and the early sound system days in the sound of France.

 

How did you discover reggae and what pushed you to build your own sound system ?

Yes-I, greetings. Well what pushed me to build my own system, was the fact of going to London and seeing the sound systems in England. En terms of reggae, I was listening to some before but not with the sound system influence. It was more traditional bands like Israel Vibration… the foundations. Bands that allowed reggae to have today’s status.
Then sound system came a lot later.  I discovered that movement 15 or so years ago.

And since when have you been active?

Well in the area, because I was born in Cannes, it’s been nearly 15 years. I tried to get things here to move a bit in the South-East, because there wasn’t anything in terms of sound system culture and Jamaican reggae. There was nothing. But besides that there were a lot of people that would go to concerts, with the foundation bands. With famous bands like that promoters are sure people will know them so they go. But when it’s a bit more obscure, it’s harder to make people discover things.

You are the ‘oldest’ sound system in the south of France that I know of. Is your sound system home-made?

Yes, it’s completely home-made

And what does having a home-made system add?

Well it’s kind of the sound system’s identity. It’s true that now with more accessible means, internet and all that… we were talking about that just before with Aba Shanti, today it’s easier to get such and such equipment, whereas before, you had to build everything yourself. And it was even worse when Aba started, where everything was home-made. I mean everything from A to Z. From the amplifiers  to the pre-amplifiers.

Talking about identity, what makes a sound system’s identity? What creates it?

The identity also comes from the quality of the preamplifier. It’s the preamplifier that reproduces the sound. You also need decent speaker so that the sound can be heard well, and that’s the most important I think. Then you experiment with the boxes, try different models. One builds other models on the foundations that have existed for a long time. Si in that sense we are lucky to have the internet. It helps a lot.

In your opinion, what is it that makes this music special; that creates that vibes. A reggae session has a vibe that you can’t find anywhere else.

That’s true. Part of it is the acoustic pressure, the fact of listening to this over-sized music. But that is how it is supposed to be heard. We are not used to listen to music with that much acoustic power. Even at a concert, unless you go and see the big bands, U2 or stuff like that, but otherwise, in small venues, there isn’t the quality of sound that you find in sound system sessions.
That pressure and the quality of sound, that comes from the knowledge of building your own boxes. It’s a chain – if you have amplifiers that are at the end of their life, but the rest is good; the result will be average. It is a whole that allows the sound to be good.

So sound is the most important?

Yeah, during a session.  When you aren’t used to listening to this kind of music, when you listen to some tunes you have previously heard at home or on a small hi fi system, and you hear them at a session with big kilowatts and a huge bass, it’s another dimension. That’s the thing.

Someone once described a reggae session as if you were swimming in the music

That’s it, you are completely within it. Sound sends a “wave”, that’s how they call it. So it’s exactly that, you should feel the waves of the sound in the dance.

When you organize a dance, you bring the music of course, but is there something else you try to bring?

A sound system session isn’t only about playing music and spinning records, well in my opinion anyway. It’s about message you try to pass on through the music that you play, with the artists that you may invite. It’s a message of peace, unity. Those are the foundations; if we don’t have them, then unfortunately we aren’t going to go very far.
And then again, I think we have a responsibility, for the future generations, to show that there aren’t only bad things. It may be because of this that reggae has difficulty gaining attention. Because it’s a really strong message, and maybe that the elites are scared of it. It doesn’t push you to start a revolution, but it does make you think.

About that, in Jamaica and in England, at first the movement was very political and social. Is it possible to find this in France as well?

Well there are two categories, I think. Those who see the thing and say to themselves this movement is quite good, and who have some money so they say “we’ll start”. And then there are those who struggle, and who really want to do something and will do anything to make it.  The fact that the owners of a system have the finances behind them or that they struggle and organize nights to make a bit of money and pay for a scoop, it’s not the same. But in the end it’s the message that is the most important.

I imagine you have noticed this but for a while the sound system scene in France has been evolving quite a bit. Would you have an idea why?

Yeah, for the last 5-6 years it’s started to grow. Even 7-8 years. After I’m not sure why, but it’s good. Things are being built, it’s moving. It’s good.

One observation I have made through this research, is that France has begun to level with England in terms of the number of sound systems, of production…

For sure. There are good labels in France. Good French live bands. Good dubmakers, and good sound systems. In the reggae-dub scene there is quite a lot. But I think it’s still harder to organize dances here than in England. Here concerning the law it’s harder.
In England, I imagine considering the amount of nights there are, that people can bring their system everywhere. In a small nightclub they bring in 4 scoops. It’s not in a small bar in Cannes that you will see 4 scoops. Despite this enthusiasm, people in the sound system scene – like everyone else – we struggle. It’s different from when we get booked and play for other people.
It’s different when you want to organize your own thing and there aren’t any venues, well you can’t do anything. It’s a lot harder in France I think.
There are some towns where it’s more or less open than other, but still…

When you organize a night, does what you play change according to where you are, or according to the crowd?

Already, it depends a bit on the place. Especially in the region, because you really need to show people what reggae is about.  So you have to play more or less ‘commercial’ tunes, get people to dance a bit, and then venture into more obscure things.
I play mainly according to the feeling. I don’t have a prepared selection that I decided on at home – “that one is the first”, “that one is the last”. We were laughing about that with my friends earlier, because I always bring a ton of records and in the end I’ll only play 40 or 50. 50 records with a version, a couple of singer, you can easily make it 3 or 4 hours. It goes really fast.

It’s essentially according to the vibe. In July, I did this thing for the “nuit de la glisse” in Cannes. In that case there were young kids everywhere so it was more to let them discover it. But there was a stack next to the water. When I’d push the sound up a bit they were amazed.
The future mayor did his speech on the sound system. It was fun.
It creates a link with the town hall. They were the ones organizing that, so now they know I’m here. Every month they organize a ‘night neighborhood’ as they call it, and in july it was on boardsports.
So they had put a mini-ramp for the summer open to everyone, right at the end of Cannes, just near the sea. A great spot.
It created a link with the town hall, so we’ll try make it last. The guy was up for it.
I think we have to now. I could try and be more or less official, so that people decide to come. I think you have to go through city councils. So that there can be a message passed on through them as well, that can reach more people.

It’s true that is a bit in their interest

Of course. If it works, they see that it doesn’t cause any troubles. I have never had any issues in the sessions. It’s a conscious message.

And the fact of building your own sound system, being autonomous in organizing your night, is that still possible?

The hardest part is to last. Being 100% autonomous, having your own generator so you can set up anywhere, that’s a bit more difficult. Generally all the reggae nights in France are official I think. It’s managed by associations, either there is a profit or there isn’t. Often there isn’t any profit. It’s often very tight. Often we lose out, very often.

But the plus side is that they aren’t considered as rave parties. And I say that without criticizing raves.

And vinyl, it’s a central part of sound systems. Now that we have serrato, mp3… how come it has stayed around for so long?

Vinyl is the basis. Then having everything on vinyl when you have exclusive tunes, pressing everything on vinyl or on acetate discs, it costs a fortune. You have to be realistic.
I have my laptop for everything that is dubplate or pre-release. I can’t go ahead and press everything. When you add up the system, all the other equipment that goes with it. I think I’m one of the only (sound system) to have my own truck, for example. That brings in costs.
Pressing everything on vinyl I don’t think that would be possible. Having ‘collectors’ on the other hand, that’s something else.

I generally juggle between the two. I play a lot of records, and when I have things that I don’t have on vinyl I play them from the laptop. I preferred to switch to laptop because I find it easier than having 50 CDs, which also means an extra turntable. So might as well have a laptop, and everyone tends to use one these days. If it’s well encoded, it sounds like a CD, the sound won’t change.
As long as what you have behind it is good.

Something that differentiates a concert or a DJ set from sound system session is the interaction between the sound system and the crowd. How do you view this interaction?

I talk, but more because I have to, especially if there’s only me. Otherwise I have 2 or 3 friends that are quite good. What they do is ok. Because it’s hard to find someone that can do things well, that can get a vibe going.
So because I didn’t particularly enjoy it, I got quite a lot of contacts, and now I’m in the habit of getting singers to come over, to play with me. And it promotes them too. They are happy as well.
So with Jah Marnyah we’ve known each other for nearly 10 years. He comes from Montserrat. He arrived in England after the volcano’s eruption.  And he’s been singing since he came over.
Of course, having someone to pass on a good message with the people, make it more interactive is important. It’s another way to make the people aware of the music, of the message. Because not everyone understands English.

Does having someone who interacts with you allow the people to appreciate the sound more?

I think there is a way of doing it, that’s certain. When a tune is running, you have to let it run. The guy that’s constantly talking over records, I can’t stand that. You have to be reasonable, find a middle ground. That’s the hardest thing for an MC I think, being a singer is something else.
It’s a ‘know-how’. Not everyone can be a singer.
The special feature of sound systems is that generally there is only one turntable. So when you change a record there a small time lapse which leads to calling out to people. They aren’t DJs.

I used to do some juggling at first. I always enjoyed that way of playing on one turntable, but at first we only had Jamaican records. We couldn’t find English records. If you didn’t go to England you wouldn’t find a distributor. That was back at the beginnings the internet, in 2002.

That’s starting to date back a while

Yeah [laugh] We’ve been doing this since 1998. The first time I saw Aba Shanti was in 98.
I lived during 3 or 4 years in the south west (of France) and during that time my wife was in England for her studies. Due to that, some friends and I we had a house in the Lot & Garonne. I was already listening to reggae, I had a friend that was a rasta. But they were albums, there weren’t any 10 inches, 45s. They were mostly albums. So we would listen to that.
And from then on, we learned that there were some nights in Bordeaux, because we were only 100km away. So we would go to Bordeaux to hear sound systems.

Who was active in Bordeaux at that time?

There was King Jammin. Big up by the way, because he’s still there – on internet in any case, he’s still got his website. So I began buying Jamaican records off him, because he used to do albums, CD and Jamaican records. He didn’t do English records. There wasn’t that link yet to buy them.

Even though it’s closer?

It’s crazy! There were links with Jamaica but nothing with England. Only 7”, Jamaican press. So I would go up regularly to England to see my wife, and one day we were walking around and we saw some flyers for Aba Shanti. So we went to see him for the first time, and it was a shock.
When I went back down to France I bought two small full range speakers, in the countryside we were on the edge of the Garonne, there was no-one around us. We would put the speakers on full volume all day, at was awesome.

And then my wife came back down to Cannes, and I came back down too. And we decided to set up an association, to get a small studio. My friend in Bordeaux who owned the record shop gave me all the tips, the suppliers. And we started a small record shop in Cannes, when there wasn’t anything else. That was in 2000. It was Lion Roots Records. It worked relatively well, it was cool. There were two or three DJs who bought Jamaican presses, who played in Pubs in Nice, or sometimes in nightclubs. They were more hip-hop, ragga, jungle, a bit of dancehall. You know, Jamaican.

So that would pay the bills and the costs. And so I would also play in pubs in Nice to get things going. And so that’s how it began. Then from Nice we went back to England. We went to the Carnival for the first time. We saw Aba again, and that’s where we made a link. We had him come down in October after the Carnival. And there was a demand, so I got him a gig in Toulouse, one in Bordeaux. And then I organized a gig in a pub between Nice and Antibes that closed at 5am, in an industrial zone. It was a good set up. At the time I didn’t have all that. I had four 15” scoops, and the chromed speakers that are over there.

And to finish, do you think there is either a difference in the message or in the vibes between a more roots dance like Aba Shanti, and a more technoid style like Iration Steppas?

No it’s good, I think it allows a mix of people when you vary. There may be young people that go to see Iration because it’s more “jump up”. But Aba can still turn up a dance with roots.

The thing is knowing how to bring your selection, how to spread your message. And what’s good about that ping pong effect is that you don’t have the same thing for three or four hours. It’s good when there are different sounds and it’s varied. It gives energy to the people who are there as well.

 

Earl Gateshead interview

earl

[photo: Bartosz Madejski]

“Another thing which you don’t get now but you did get then, was that we used to look for pitch black everywhere. We’d tape up the windows with drapes to get it as black as we could, so that you could only feel the sound. So your concentration wasn’t directed away from the sound in any way.”

I had the wonderful opportunity to have a quick chat with the legendary Earl Gateshead of Trojan Sound System before his set at Walk n Skank. Here’s the transcript of the short conversation we had about how he started DJing, the growing popularity of sound systems, and the early house and rave scene.

(Thank you to Mungo’s HiFi for making this interview possible)

I heard the story about how you started DJing in between punk Bands, but how did you first discover reggae :

Well, I mean it’s like everybody else. I heard ska, then I heard Bob Marley, and I quite liked reggae. But it wasn’t until I heard sound system that I loved it really. Well… That’s a hard one, I can’t remember the order of things happening.
I mean the album “War Ina Babylon” by Max Romeo was a big album for me, and I played it again and again and again. I really played it a lot. I didn’t know at the time, I just knew I loved it – and this would have been around ’79 or something. And it’s a sort of definitive roots album. But I heard a sound system in Bradford, in about 1980… Around that time. I can’t remember actually. 1979, 80s… Some sort of time around that. And I absolutely loved it.
I don’t know. I liked the way it operated, and I started steering myself that way around that sort of time, after I heard the one in Bradford.

How would describe a reggae sound system session:

Well it’s a big team thing…

Essentially, the signal from the record is colored at the pre-amplification stage, switched into bass, middle and top, which produces a unique sound. If you switch the signal, If you take the bottom end of the signal, and send it only to the bass speakers, only the bottom of signal. Previously the whole of the signal would have gone to every speaker. So that was the big technical change that sound systems made. There is a filter at the pre-amp which cuts of the middle and top, so then you’ve got only the bass. It splits the signal again.

So it’s bass on the bass speakers, middle are the mid-range speakers, and tops on the bullets. And nobody had ever done that before. If you do that, you can get much better sound, because you’re not going to get such a big range. You’re letting the speakers specialize sort of.
So you get a different sort of sound. And then it’s colored again by the pre-amplifier. It colors the sound, makes it slightly different.

Then there’s the sensibility of Jamaicans, who don’t mind distortion, and that adds to the difference in tone.
It’s vocal led. There’s by and large somebody on the mic for almost the entire session as opposed to a nightclub where you might get a DJ who doesn’t speak for the whole set. It’s very involving. It involves the crowd, the crowd are always involved. I supposed it comes from African call and response, in the sense that you get a caller and a responder, but the participation of the crowd is a big thing, much bigger than in other forms of music. It’s a team effort. It’s very much a team effort. You’ll get a selector, an operator and a soundman. A sound system is a whole team.

In our first big sound, in my own little sound it wasn’t like that, but the first big sound I was in, there was about 12 of us, and everybody had a role, and everybody had a voice. Right from the people who did the publicity, to the flyers, to the people who sold the food. We were all part of the sound.
It was egalitarian – nobody had extra responsibilities, it was a team thing, and I think that’s reflected in the dance, as a whole team operating the sound. And everything around the sound is being operated by the people in the team, in a good sound. Right from the doorman to the crew, they are all part of the sound, and that produces a sort of oneness that the crowd can feel. In a well-run sound everyone is on the same level.

Another thing which you don’t get now but you did get then, was that we used to look for pitch black everywhere. We’d tape up the windows with drapes to get it as black as we could, so that you could only feel the sound. So your concentration wasn’t directed away from the sound in any way. That was another sound system thing.

So you didn’t have any décor or lighting and stuff?

No. We used to have one light around the deck. One tiny little white light, would be the only light in the room. The windows would all be taped up. All the big sounds did that.

I remember the first proper big sound system dance I went to was aba shanti at the university of dub, and that was one hell of an experience, and when you come in it’s true that there is nothing else there is just sound.

Exactly. Yeah Aba does it proper.
It should be pitch black as well but they’ve changed the health and safety laws so much it’s difficult to get pitch black in a public place, they won’t let you have pitch black anymore. They’ve ruined it really, in that respect, because the pitch black was a wonderful thing.

It’s true you don’t dance the same way in a lit area than in a darker one.

Exactly, you’re distracted by your vision. It’s supposed to be about yourself. It’s a mediation.

When you do a session, is there something else you try to bring aside from the music itself.

[laugh] Well you know I do. I see reggae as a spiritual music, and try to introduce this spiritual vibration, I try to get under another plane, a redemption plane. I think reggae is directed really at people who feel like they are outsiders and that this society isn’t really for them, and they’re outside of it. And I try and bring comfort to them, and show them that they’re not alone. I try to emphasize that side of reggae.

About that, I read an interview, well, a discussion you did with Mala a couple of years back, and in it you said “the way people like music is the way they interact with the world”.

Oh I said that. Bloody hell that’s clever [laugh].

What you explained was that people that are more apathetic will listen to music that comes to them, so more of the chart music and all. While people that are a bit more interested in what is going on will tend to look for other thing, so maybe more underground and eventually come to reggae.

That’s it.  I mean Bob Marley’s “them that feels it knows it”. And he also said that the music would find the people it was aimed for – he didn’t say black or white – I take that as being the outsiders, the people who don’t fit in.

What would say is the main drive for building your sound system?

Just seeing somebody else’s and loved it [laugh]. That’s what happened to me, and I think that’s what happenes to most people. You get in front of the sound system and “God this is fantastic, I want to do it, I want one! I want one!”.
Once you see one and you hear it you’re just, fuckin’ hell, it’s fantastic. It’s the best way to hear music, this is what I want to do.

Last year there was a debate in France after the Garance Reggae Festival, which was about what makes a sound system’s identity. What would you say makes a sound’s identity?

Well, a combination of the culture, attitudes, and history of the people involved. The culture and the attitude, and the emotions of the people involved. It’s a reflection of those.
And the crew obviously.
Well the identity… I mean, it’s how you want to hear music. It’s about how the people who run the sound want to hear their music. Which in turn is a reflection of their culture, emotional feelings and their history. The first sound they heard maybe for example.

Last year as well you wrote an article about how more and more new sounds were being built. I know in France and in Glasgow I’ve seen this happening. What would be the reasons behind this?

Yeah, it was an article in the Huffington Post I think. Well I mean I said in the article – I quite like what I said was that it’s a reaction against miniaturism [laugh]. Everybody wants smaller and smaller, like Ipods and everything. [The sound system] it’s like the opposite of an Ipod isn’t it.

Maybe when it was mainly black people running it, white people didn’t think they could do it or whatever. And now there are so many ’white’ sounds, that white kids are inspired to build their own.
But I don’t know really. The music has gone that way as well. The music has moved towards bass, for a start. And since it’s such a great way to hear bass music, well, people start building them.

The first idea I had for this dissertation was looking at how sound system culture has moved, mainly since the 2000s, to continental Europe especially France and Italy, despite most of the sounds being run by people who have no or little links to Jamaica, and had not really experienced the hardship in Jamaica or even the 80s in UK.

Well, like Bob Marley said, the people who feel it want to do it. You can’t say you’re not repressed and isolated just because you’re white. All I can say is, whenever I play a sound system anywhere, I’ve expected people to like it. It sounds better than any old sound, it sounds better than a nightclub sound, it’s more compelling, it’s got more personality, and it’s got more weight than any nightclub sound, so why wouldn’t people like it.

Also, I guess you’ve played in a lot of different places, venues, festivals, warehouses… Does how you play or the vibe you manage to set, does that change according to where you play?

I try to bring the same vibe, but I’ll play different music according the sound system I’m playing on. If I’m playing on one that hasn’t got much bass, then I’ll use melody to get to what I want, to where I want. Or you know if it hasn’t got much weight I’ll use a vocalist, and what he’s saying to create the vibe I’m looking for. It’s about creating a vibe, and really for me, it doesn’t really matter how you do it. I mean I love a bit of bass, but really, it’s about how you make people feel – that’s the end game. You’re trying to make people feel something, it doesn’t matter if they feel it with bass or some other way.

In interview you’ve often said you prefer to stick to vinyl. What does vinyl represent in sound system culture?

It represents a better sound. I don’t like that tinny… I mean it’s all personal taste, but for me digital sound tinny, I don’t really like it. It’s empty, it sounds a bit empty.

More broadly, have you noticed any differences between the sound system scene in the UK and the sound system scene in mainland Europe?

For me, I think what’s odd about the mainland Europe ones, what’s a little bit odd, is they’re so obsessed with specials. With dubplates. They are obsessed with that. It was never the original point of sound systems, it was never the dubplate. People would drop them, but they would drop them occasionally. And now a lot of the mainland Europe sounds, they sort of miss the point and think it’s about how many dubplates you can get that makes you a better sound. That was never a Jamaican thing. It was good to have good dubs, and especially in soundclashes, where you’d have to use them a lot. But in general not really. The European ones, in general, seem to think it’s all about the dubplates.
But you should be dropping the odd one of course.

I know in France and here a bit, a lot of people associate sound systems with raves and free parties. There are some similarities, but what would you say are the main differences?

I mean, yeah sound systems were used in the early raves. We had on our sound system some of the earliest house raves, so yeah there would be a link up.

And the earliest raves were very spiritual places really, to be fair. There was a link. Not so much now, but the early raves were outside of things, people were feeling a lot of joy, they had a new music, it felt like a new world to them. They didn’t want to do it in nightclubs, so they loved to hire reggae sounds. That’s how you got it in hardcore as well. When it moved into hardcore, you know house moved to hardcore and then to drum and bass. That was a lot of the reggae vibes that came into drum and bass.

I wouldn’t go to the rave scene, obviously there’s music I like and I don’t like, but the early house raves were quite spiritual things. And I suppose the problem is if they still can be. I don’t go to them anymore. But there is a certain amount of community, in a different way. You don’t get the vocalization that you get in reggae.
But yeah that was it, I mean they didn’t want to go to nightclubs, they hired spaces and they hired sound systems. That’s what happened in London anyway, where I was at the start of it.

A lot of what seems to come out of this, is wanting to be autonomous

Yeah exactly, yeah, that’s why they hired sound systems. They would just hire a space, hire a sound system, and be autonomous as you say. You could be free. People could feel free. Do what you want there.

A funny thing that I noticed was that several sounds in France anyways, the people that started them did a sort of circle – started out in free parties, and then techno, and all that, and then discovering that reggae existed as well in that medium, and then came back to building their reggae sound system.

Yeah a lot of people have done that in England too. That’s quite a common thing. Quite a lot of people came in that way. For free parties you need a sound system, once you have a sound system you start investigating out all the other sides of it.

So to sum up, has reggae managed to keep the political element it started with?

Yeah absolutely. It’s the only music that has, really. None of the other music is as political as reggae.

Even like techno and raves and all that?

Techno? [laugh] not really

I guess some would argue

Well, some would argue that it’s available, and sort of Do It Yourself. But nah, I thing you’ve got to have a vocalist to be political.

That comes back to the interaction, the conversation you can have in sound system. The artist and the public are together. It is more egalitarian like you said.

Yeah it is. It is much more egalitarian. Everybody there should be involved. That’s what it’s all about. That was the big attraction for me. Because before that, I mean, watching a lot of band but I didn’t feel that vibe. You know, just staring at the band, no exchange. There was a sense that it was refreshing, the involvement of everybody.

Not even with Punk?

Well punk at its best, in the early days yeah, it was involving.

I mean punk was quite political as well

Well it was certainly Do It Yourself. It was political in the way that it said you can do whatever you want. And you should do whatever you want. It was like the world is open to you, you’re not held back. All you have to do is do whatever you want to do. That is a political statement.

DIY to the extreme

Yeah exactly.

There is also the whole DIY part of sound systems. A lot of friends mentioned that’s what they enjoyed about sound systems – they made it on their own, from scratch.

I suppose that must give people satisfaction. Well I suppose it must be satisfying. Personally I don’t care about that [laugh]. For me it’s about how you make people feel. I don’t care what speakers I use, or where I got them from. I built my own speaker, but I didn’t care about that. I just cared about how they sounded.

So did you have your own system at some point?

Yeah I did. I Built a system, yeah

What happened to that?

Well I had it ten years. And actually, I couldn’t store it anymore was the problem with it. I had it ten years stored. Then I got a smaller system that I could store much easier. But that was a big mistake; I don’t even like talking about. It was a big mistake, I should never have gotten rid of it. My first system was good. It was beautiful. It shouldn’t have been beautiful I didn’t know what I was doing when I built it [laugh] but it had a beautiful sound.

Interview Welders HiFi

welders sound system

(Photo par Alex See)

“Le reggae à l’origine c’est un peu la musique des opprimés etc. on n’est pas trop des opprimés en Europe, on est plutôt privilégié. Mais on a quand même des choses à revendiquer, et ça fait partie d’une alternative” 

Interview avec Albah du Welders HiFI sound system sur ce que c’est que de construire son sound system, le rôle des raves dans le paysage sound system français, et l’art de ‘chatter’ au micro.

Comment est-ce que tu as découvert le reggae,  et qu’est ce qui t’a poussé à monter ta propre sono ?

Alors, comment j’ai découvert le reggae. Je pense – je ne saurai pas trop te dire exactement comment. Je sais que mes parents avaient des vinyles de Bob Marley, Third World, et Peter Tosh, donc déjà j’en avais entendu là. Apres les premiers trucs que j’écoutais en reggae, ce n’était peut-être pas hyper conventionnel, mais c’était Massilia Sound System. Parce qu’on est dans le sud, et c’est le premier concert que j’ai fait de ma vie.

Donc c’était au collège, quand j’avais 12 ans un truc comme ça. Et puis après j’ai commencé à vraiment en écouter, voilà, au collège-lycée. Sans forcément m’intéresser au vinyle. J’écoutais un peu  ce que tout le monde connais, gladiators etc… et puis des petits groupes de reggae français : tryo, babylon circus.

Apres, tout mon lycée, de 2000 à 2005, j’ai pas mal fréquenté les milieux technos, free parties… Et en parallèle je continuai à écouter du reggae.  Ensuite, quand ça m’a un peu passé d’aller en rave, j’ai commencé à acheter du vinyle, plutôt new roots à l’époque. Je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs, je crois que j’avais un pote allemand qui collectionnait un peu, et du coup j’ai commencé à collectionner comme ça.
Et puis un jour à garance aussi. Les premiers sounds sytems que j’ai vu  c’était à garance en 2003.

Mais garance quand c’était dans le sud ou avant ?

Non, avant. Enfin quand c’était le jamaïcain sunrise à Bagnols. 2003, c’était. Je crois que c’était King earthquake, ou jah shaka.  Un truc comme ça parce que je me souviens qu’il y avait une énorme sono, et ça m’avait bien impressionné.

Donc en 2000 j’ai commencé à aller en teuf, toujours en écoutant du reggae, mais allant en Sound system tecno. 2003 je me suis aperçus qu’il y avait des Sound system reggae, et puis j’écoutais du reggae. Et puis j’ai commencé à avoir des vinyles vers 2005, peut été un peu avant.
Et donc tout ça à fait que, bin en connectant un peu le coté Sound system techno, le fait  que j’aime beaucoup le reggae, et en plus je suis  multi-instrumentaliste. Enfin surtout percussionniste. J’ai des groupes de musique depuis que j’ai 15 on va dire – pas du tout reggae d’ailleurs – Avec lesquels on tournait, avec Joe, le pote avec qui je fais le Sound system. Il y a 10 ans déjà, on a fondé notre asso pour ça à l’origine.

Et voilà, donc quand j’ai découvert le sound system reggae dub, je me suis retrouvé sur plein d’aspects la dedans, qui me permettaient de conjuguer plein d’aspect musicaux que j’aimais bien : qu’il y ai un gros mur de son et que ça tape de la techno ; le fait qu’il y ai du reggae et qu’il y a des instruments, un côté un peu plus mélodique et tout, mais en configuration Sound system.
Du coup c’est comme ça que je suis rentré dans le truc, mais au début pas du tout en pensant construire mon Sound system. Juste en temps qu’amateur de la musique. Et puis moi c’était new roots que j’écoutais au début, pas du tout dub.
Mais bon ça a fait son chemin petit à petit.

J’ai fait mes études à Nancy, en Espagne etc., et puis je suis revenu à la fin – quand j’ai passé mon master je suis revenu  faire mon stage de fin d’étude a Avignon. Donc je me suis retrouvé avec mes potes avec qui j’avais mes groupes de musique quand j’étais jeune. C’était des punks, des techno mans, des machins… Et du coup on a refondé un groupe dub, parce que moi je kiffais le reggae, et je sais pas pourquoi, les autres se sont mis à en écouter aussi. Moi j’étais un peu tout seul au début. Et du coup on a fondé un groupe dub, mais plus accès dub français.

Donc ça c’était les dub welders ?

Ouai voilà, dub welder. C’était en 2008 je crois. Plus accès dub français, mais au final dub au sens large. Sa faisais un moment que j’allais dans les dub station à Montpellier, enfin, les dub school je crois que ça s’appelais. C’était lion roots.
Et donc assez rapidement, dub welders on s’est retrouvé. On collectionnait tous a peux près des vinyles. On s’est retrouvé tous à faire un peu du dub, reggae, on avait tous des vinyles, on allait en Sound system. Et puis, je ne sais pas, un jour l’idée a germé : on aimerait bien avoir notre propre system de diffusion, il ne manquait plus que ça.
D’autant plus que Joe, le pote avec qui on fait le Sound system aujourd’hui avait beaucoup de matos, vu qu’il est ingénieur son depuis plusieurs année. Ils avaient un system industriels, bon de 3KW tu vois, on avait déjà empilé les enceintes.

Donc on avait déjà plus ou moins un Sound system si on mettait chacun nos amplis etc. mais ce n’était pas artisanal. On s’est vite rendu compte que si on voulait avoir du son comme il faut, il fallait mettre la main à la patte et construire le bordel.
Donc on a commencé à construire ça fin 2008, début 2009 je crois. Si je me souviens bien la première date qu’on a fait c’était en 2009.
Je crois qu’on a eu 2 scoops pour la fête de la musique 2009. Donc à partir du moment où on a eu les 2 premiers scoop – au début on mettait au-dessus les amplis qu’on avait. Et puis après on s’est dit qu’il fallait faire le reste. Donc on a fait le chapiteau des 2 premiers scoops. Puis on s’est dit, bin 2 ça suffit pas faut en faire 4.

Apes nous notre technique ça a été de construire, parce que je ne sais pas, on a toujours été aussi bien dans le musique que dans tout le reste, on a toujours été très autonome. On organisait nous-même nos concerts quand on faisait des concerts, on sonorisait nous-même… Donc l’autonomie à la fois dans l’organisation et dans le truc, elle a glissé sur l’autonomie de sonorisation, parce qu’on avait un peu les moyens. Et puis après on est allé vers l’artisanal, ou la t’es non seulement autonome, mais en plus c’est toi qui a tout fait.

Bon après, comme tu sais, c’est une amélioration permanente. Je pense qu’il n’y a pas un mois qui passe sans qu’on parle de qu’est ce qu’on va racheter, changer…
Donc la jeunesse du truc, ça a été ça. Au début on a été un peu plus dans le projet, il y avait beaucoup. Au moment où il a fallu poser 15 jours de congés, sortir 2000e pour aller acheter du bois des amplis et des enceintes, on s’est retrouvé à 2. Bon parce qu’il y a des potes qui n’avaient pas de boulot, donc les mecs ils ne pouvaient pas suivre. Mais nous on voulait avancer donc sans ces personnes-là, sans que ça se passe mal, mais petit à petit sa s’est fait qu’on a lâché du monde en route parce qu’on voulait avancer a certain rythme qui était peut-être un peu trop rapide en terme de temps et d’investissement.
Donc voilà comment ça s’est fait. Les premières soirée on s’est fait inviter – on a fait la fête de la musique, et on a fait une soirée dans le Cévennes aussi. C’était bien pour se faire la main.
Et puis, comme j’ai dit, l’assois a été créé en 2004.

 C’était laquelle d’asso ça ?

C’est l’Association Entre Collègue (AEC), c’est l’asso qui existe toujours. Qui gère le sound system welders , avec qui on fait les massives corner.

Et la City Wall c’est différent ?

City Wall c’est une autre asso qu’on a créé Avignon, qui est ouverte à d’autres. Il y a des petits groupes de reggae locaux, des petits sourds – et nous on a une assos qui sert qu’aux sound system, avec laquelle on organise les danses ou il n’y a que nous. Et puis il y a l’autre asso sur Avignon dans laquelle il y a le sound et un autre groupe et un autre sound, et qui regroupe un peu les activistes avignonnais – et la o organise des trucs, ça peut-être des concerts, des soirées… Et dans laquelle, du coup les sous qui sont gagné servent à faire d’autres évènements. Alors que l’assos ente collègue elle sert qu’au sound. Toutes la thune qui est dedans elle sert qu’au son, elle est réinvestie pour ça.
Et donc voilà, du coup on a commencé à organiser nos Massives Corners. Je crois que la première devait être en début 2010. Mai 2010 la première il me semble.

Et ça c’était à l’Akwaba ou pas encore ?

Non, l’Akwaba c’est venu bien après. Ça c’était dans des petites salles qu’on louait, totale autonomie. On organisait nos trucs, on louait des petites salles autour d’Avignon.
Le lien avec l’Akwaba. Bin l’Akwaba c’est une salle qu’on connait depuis toujours, étant d’Avignon. Nous on a joué avec nos petits groupes à l’époque, Joe il est Inge son sur Avignon, donc il connait tous les régisseurs. Il est déjà allé bosser à l’Akwaba parce qu’il sonorise pas mal de groupes. Du coup bin voilà, il est allé en tant qu’Ingé son, et bin l’Akwaba avait envie de faire des soirées reggae dub. Le truc se développant, sa s’est fait ; on a fait une Co production et on fait 2-3 soirées par an là-bas.
Mais après des massives corners à Avignon on en fait hors Akwaba. On en fait d’autre salles qu’on loue ou là on fait tout. Et on en fait en co-production avec l’Akwaba.

C’est quand même le principe d’autonomie qui revient assez souvent non ?

Ouai. On a vite trouvé les limites dans le fait qu’on est tous bénévoles, et au bout d’un moment,  si tu veux faire des trucs un peu gros, eh bien on besoin d’un peu d’aide. De structures un peu plus calés, qui ont des salariés, qui ont un lieu – comme l’akwaba.
Donc là on a du s’associer – mais je ne considère pas ça forcément comme une perte d’autonomie. Surtout que l’Akwaba est une coopérative, donc elle reste quand même plus ou moins indépendante.

Mais ouai voilà, ça reste de la scène indépendante. Nous on a jamais demandé de subventions. Bon on va peut-être le faire, mais voilà, on essaye de garder notre autonomie. Mais ça nous empêche pas de collaborer avec d’autre gens, du moment qu’on reste sur une même longueur d’onde.
Apres, c’est vrai qu’a l’Akwaba, on est un peu moins autonomes, mais même quand on fait des choses avec City Wall, on est un peu moins autonome dans les choix parce que quand on fait des trucs avec le sound, on se dit « c’est bon on fait venir, tel gars, tel sound, et hop, c’est partis » ; mais Là c’est Jo et moi, on appelle la salle, on fait quelques appelles pour la bière et tac, c’est réglé. Alors qu’avec l’Akwaba, il faut que tu fasses une prog ‘ un peu collégiale. Qu’on discute avec city Wall d’un côté, après avec l’Akwaba, que ça corresponde à un truc suffisamment gros pour ramener 3 à 400 personnes, on ne va pas faire un petit Sound meeting avec les Bashy alors que ça on va te le faire dans une petites salle qu’on va louer 500 balles, tu vois.

Donc les 2 sont complémentaires. L’Akwaba on fait plus de la prog’, mais après nous sa nous convient aussi. Et puis nous en dehors on fait nos petits sounds meeting, dans des salles ou là on gère tout de A à Z. Donc là on est à la 16e Massive Corner. En gros on essaye de faire à peu près une soirée par mois, mais on en fait plus. Parce qu’on a d’autre soirées, on n’a pas que les massives corner. Quand on va jouer dans les Cévennes, ce n’est pas le même nom. Quand on va jouer dans les alpes de haute Provence non plus.
On a dû en faire une trentaine jusqu’à maintenant. Environs une dizaine par an depuis 2010.

Ça va, c’est un bon rythme !

Ouai ouai ça va. Apres il y en a ou il y a 70 personnes. Apres il y en a d’autres ou il y a 500 personnes. T’en fait 10 petites pour en faire une grosse. Mais les petites c’est bien aussi, tu te fais plaisir, tu te fais la main, tu teste des nouveaux trucs.

Et le fait d’avoir une sono ‘home made’, sa rajoute au principe d’autonomie, mais est-ce que ça apporte quelque chose d’autre aussi ?

Ouai. Sa apporte plusieurs choses je pense.
Déjà sa apporte que ça coûte quand même moins que si tu l’acheté – sauf si tu l’acheté d’occasion, encore je pense que c’est peut-être pas forcément vrai.

Mais bon, tu as du matos neuf moins cher que si tu as du matos neuf ‘industriel’ on va dire. Ceci dis tu peux acheter des scoops neuf, à Lion Roots ou d’autres qui en fabriquent, mais la tu les a pas fait. Et moi je trouve, en tout cas moi dans le démarche un peu d’autonomie, j’ai l’impression qu’il y a – je ne sais pas quel mot utiliser – mérite ?… C’est une genre de notoriété, d’avoir fait son propre sound.
Le mec qui a passé une semaine à construire ses scoops, à aligner les trucs, a visser etc… Qui a fait tout son sound system de A à Z, je pense en tout cas de mon point de vue, que dans le milieux du sound system, il y a une plus grande reconnaissance pour ces gens-là que pour des mecs comme Jumbo Rock qui s’achètent 10 scoops chez Jah Tubbys et puis voilà. Il a branché 3 trucs et c’est parti.
Après, le fait de construire tout soit même – bon c’est une question de thunes, et puis tu peux le faire à ton rythme aussi, ça te permet de te faire la main petit à petit. Tu apprends à vraiment connaitre ton sound. Tu crame 1 ou 2 hauts parleurs de temps en temps.

Je reprends l’exemple de Jumbo Rock – j’ai rien contre lui – mais il a acheté ses 10 scoops, il est descendu au garance, il a fait le sound sur le camping du 2e garance, il y a 2 ans. Et il a cramé tous ses médiums et il est rentré chez lui. Mais il aurait construit lui-même ses 10 scoops, il aurait mis 5 ans à les construire, et il aurait eu le temps d’apprendre à faire fonctionner sa sono, et il aurait pas tout cramé.
Donc il y a aussi ça. Bon après tu peux racheter des trucs, mais déjà de l’avoir fait une fois ça te permet de bien comprendre le fonctionnement de ton son, de bien réfléchir sur toi, ce que tu veux en terme de rendu sonore, d’écouté, ce que t’a sur tel ou tel son… Donc ça te permet de te questionner sur la qualité de son que tu veux, et voilà.

Après bien sur t’a l’autonomie, mais après tu ne peux t’en vouloir qu’à toi-même si ta sono elle marche mal, et tu vas avoir peut être plus de facilité à te dire ‘tiens il va falloir améliorer ça’, parce que tu sais que, au moment où t’as fait ton truc, t’a mis un haut-parleur pas cher, parce que voilà, t’avais pas les sous. Alors qu’il y en a qui prennent les trucs un peu clef en main et au final ils connaissent un peu moins bien leur sono et ils sont peut-être pas capable de diagnostiquer un problème, tu vois.
Tu sais comment il fonctionne, tu sais comment le réparer, et tu as été obligé de mettre du temps à le faire, et ce temps il est nécessaire pour savoir faire marcher ton sound.
Et puis, comme je t’ai dit, j’ai tendance à considérer plus les sounds systems qui ont construit leur sono de A a Z, que les mecs qui ont tout acheté et qui un jour se ramènent avec 10 KW de son. Bien que ces mecs la fassent des choses bien, et apprennent au fur et à mesure, et au bout d’un moment il y a peut-être plus de différence.

Mais je suis plutôt partisan du ‘do It yourself’. Et ceci ça va jusqu’aux productions aussi, il n’y a pas que la sono dans l’histoire, tu vois. De pouvoir jouer ton son, sur ta sono – la c’est ce qu’on vise. C’est un peu la consécration du truc. Tu contrôle tout. C’est soit toi qui a tout fait ou qui a demandé à ce que ça soit fait sur mesure pour toi.

Et du coup, ça me rappelle un débat qu’il y a eu sur internet ; qu’est ce qui fait l’identité d’une sono, d’un collectif, d’un sound ?

Alors, il y a plusieurs choses je dirais. En plus c’est assez marrant parce qu’il y a vraiment des identités fortes, en tout cas tout cas dans les sonos. Tu vois Mungos, OBF, ou Blackboard, et bin les 3 ça n’a rien à voir. Mais c’’est des choses qui se développent avec le temps. La nôtre elle est en train de se construire. Il faut la chercher. T’a les rastas, t’as les pas rastas, t’as les mecs pas rasta mais qui sont plus proche des rastas… etc

On va dire l’identité elle est déjà visuelle. Un sound system tout noir, tout grillagé à la Iration, c’est un peu agressif comme truc, visuellement. Et en général ça correspond aussi à quelque chose derrière. Tu vois la sono de Channel One, c’est tout en bois, t’a grilles rondes sur les hauts parleurs, t’a l’impression que ça va jouer roots, et effectivement, c’est un peu plus ça.
Les soirées Iration c’est ‘ruff’ quoi, les gars ils tapent sur les hauts parleurs, du coup ils sont limite obligé de mettre des full grid.
Bon les nôtres ils sont un peu enfoncés aussi – et puis t’a des mecs qui jouent du gros bourrin même sur des sonos en bois. Mais je trouve quand même, il y a un peu ce côté-là. Il faudrait faire une comparaison tu vois, classer les sounds system un peu ‘hard’, et voir la gueule des sonos qu’ils ont, et c’est que souvent c’est lié. Celle des Blackboard elle est plus ronde…

Donc tu as cette identité visuelle dans un premier temps. Mais bon qui peut évoluer avec le temps, en fonction du sound – nous on va repeindre le grilles bientôt.. Enfin bon.
Après tu as une identité, au-delà de la musique que tu joues, de grain sonore. Il y a des sonos plus métalliques, plus rondes selon si tu mets du pavillonnaire – je ne sais pas si tu as déjà  entendu la sono des Equal Brothers, tout est en pavillonnaire et sa sonne ultra rond, ultra roots.
Et tu vas jouer la même chanson sur une sono genre OBF ou Dawa Hifi qui ont des aigues qui te pètent les oreilles (rires), c’est un peu plus sec. Et du coup effectivement, par exemple Salomon héritage, il a une sono qui est bien je trouve, qui joue bien roots, qui a un son assez rond..
Du coup c’est cette recherche la, quand tu modifie des choses, c’est que tu penses que ça descend pas assez dans les infra, que ceci, cela… Parce que toi tu as l’habitude de jouer plus du gros stepper hardcore que ça tape du côté du gros kick, donc tu vas mettre des HD15 ou je ne sais pas quoi. Ou tu as des gros saladiers la, des 38 en bas medium, ça fait un kick un peu mou du coup t’aime bien parce que tu vas jouer plus du roots.

Chacun a ce grain sonore qui correspond finalement, un petit peu, à ce que tu joues derrière. Même si, je ne dis pas que Blackboard joue pas du gros stepper bourrin aussi, ils en jouent, mais ils vont être quand même plus roots…  OBF aussi vont jouer du roots, mais leur sono est quand même plus adapté a bien rendre la musique qu’ils jouent.

Après t’as des sounds sytems, je ne sais pas trop qui, mais il y en a probablement, mais qui joue peut-être pas que du reggae, qui ont besoin d’une sono plus polyvalente, et voilà, du coup en fonction de ce qu’ils jouent essaye d’avoir un grain sonore.
Apres tu essayes que ça sonne le mieux possible pour ce que tu joues en majorité.
Voilà, après l’identité de ton son, je crois que le fait que tu sois rasta ou pas rasta sa imprime pas mal de choses sur le sound. Même si on joue tous de la musique reggae ou ça dis « Jah rastafari » dans les dub plate, c’est des prières et tout, moi ça ne me dérange absolument pas du moment que le message reste positif et que ce n’est pas des ayatollah. Mais bon, donc ça, pour les sounds qui sont rasta, c’est une partie assez importante de leur identité.

Après il y a aussi l’identité que tu te construis en fonction de ce que joue, à la fois en terme de sélections, dans la majorité de ce que tu joues ; et aussi et surtout dans les dub plates que tu as. Donc par dub plate j’entends à la fois des prods que tu fais, même si tous les sounds ne produisent pas, il y a quand même une grosse partie qui font leur propre son. Ou qui essayent tu vois, il évolue, il est en train de se construire.  Nous nos prods qu’on faisait il y a 3 ans et celles qu’on fait aujourd’hui elles ont rien à voir. Il y a une évolution, et tu vois, on est encore en train de chercher notre style. On fait du digital, on fait du machin du truc. Je pense qu’on continuera toujours à faire un peu de tout.

Et aussi, quand tu ne produis pas, et puis même quand tu produis tu ne peux pas jouer que des trucs à toi – enfin tu peux mais bon… Mais les collaborations que fais. Je sais que moi par exemple j’ai quelques dub makers qui font partie des artiste que je soutiens et qui sont mes potes aussi et que je vais beaucoup jouer, et ça ça définis un peu ton son aussi.
On va dire, OBF ils vont jouer du Iration, du TiT, du Iron Dubz…  enfin voilà, leurs potes qui jouent aussi, et du coup ça défini un peu leur identité. Ils jouent du OBF, mais ils vont jouer du TiT après. C’est diffèrent mais ça reste de la grosse basse, du truc qui tape.
Blackboard, et bien ils sortent des trucs avec Rockers Disciples, un vrai groupe, ils ont des trucs plus roots ou dub anglais, un peu moins technoïde on va dire.
Et donc, voilà, même si tu ne produis pas, je pense que ton identité sonore elle est lié aux chanteurs que tu fais venir dans tes sessions, et aux dub makers qui te font tes dub plates, et aux collaborations que tu fais.

Moi souvent, quand je fais des dub plates Welders Hifi soit je file un riddim qui est à nous, soit j’ai un riddim d’un pote, de TiT ou je sais qui, j’ai un autre pote chanteur Ras Mykha par exemple. Je dis « tiens Mykha, ce riddim de TiT je l’aime bien,  je pense que tu pourrais faire un bon truc dessus » et je lui demande de faire un spécial pour moi, et t’essaye même de créer quelque chose de nouveau. Parce que ces deux personnes ça se trouves ils auraient jamais rien fait ensemble si je n’étais pas au milieux, peut être ça aurait été fait dans 10 ans.
Du coup voilà, j’essaye de faire ça, et cette superposition à la fois de chanteurs, dub makers, ou de choses que tu fais, ça crée un peu ton identité.

D’accord…  t’aborde des points qui ont pas été abordés avant, c’est cool.

Nan mais pour moi, si c’est juste empiler des caissons  et les brancher, et jouer les vinyles… Enfin je veux dire, un mec quand il t’invite à jouer, en Italie par exemple. Il invite les Welders sound system à jouer en Italie. Si c’est pour que j’aille passer les même releases de Vibronics que tous les italiens ils ont. Bon c’est cool… si t’a des gros collectors et que sa fait 50 ans que t’es dans le milieu, pourquoi pas.. Mais voilà, pour moi il me semble que l’identité d’un sound system ça se base pas mal sur les dubplates.

Mais du coup, si par exemple toi, quand vous avez été jouer en Italie, ou si vous jouez sur la sono de quelqu’un d’autre, est ce que votre identité elle est transposée sur cette sono ?

Sur la sono de l’autre ? Bin des fois t’a des surprises mec (rires)
Ça rend pas du tout pareil, t’as des tunes presque tu les reconnais pas. Et puis t’a des sonos, putain, pour les driver pour que ça sonne… Bon après c’est que nous on n’a pas l’expérience de jouer sur énormément de sonos. On a testé un peu tous les types de pré-amplis, mais une fois. Aba Shanti il arrive, que ça soit un Irad, un Jored.. Il sait comment ça marche, il sait comment il veut faire sonner son truc.

Il parait que les gros sons anglais, Aba et compagnie, il y a dub plates qu’ils ne jouent que sur leur son. Parce qu’ils savent que ça va bien sonner, ou ils ne veulent pas prendre le risque que ça sonne mal.

Mais nous en Italie, putain. Notamment quand on y est allé. Bon on est allé une fois avec notre sono, et une fois on a joué à Rome sur la sono des autres. Et il y des trucs, t’es la « pfouu ok, ça sonne PAS du tout du tout pareil » (rires).
Donc ouai, c’est à ces moments-là que ça te permet de prendre du recul sur ta sono. De te dire tiens ma prod sonne bien sur ma sono, ou elle sonne mieux sur la sienne. Et après si un jour tu veux sortir un truc en vinyle et il faut que ça sonne sur un peu toutes les sonos, c’est bien de la tester ailleurs. C’est pour ça qu’on envoie les pré-release à un peu tout le monde pour les mecs ils les jouent et qu’ils nous disent.

Et est-ce que la manière dont vous montez les sonos et comment vous organisez les danses ça change en fonction d’où vous jouez ? Que ça soit intérieur, extérieur ou dans différentes salles.

Alors déjà il faut trouver les salles (rires). Les endroits où tu peux.
Alors maintenant je suis spécialisé dans le ‘trouvage’ de salles, à force d’avoir fait des dizaines de salles différentes.
ouai ça change pas mal. Apres, bon il y a plusieurs choses.
Quand nous on organise nous-même, notre fond de commerce c’est les salles du genre mariages, les salles privés. Donc on essaye de trouver des trucs loin de toute vie habité. Des zones industrielles ou alors en campagne.

Déjà ça ce n’est pas évident, il faut que vérifie sur les photos aériennes, tu te payes une, deux, trois salles, t’a 50 salles. Le truc ça ressemble à un château, tu fais « nan laisse tomber ». Il faut trouver un truc un peu pérave, mais pas trop, pas trop cher, un peu accessible ou tu peux faire péter et ça va pas s’effondrer. Parce que des fois t’arrive dans des salles ça vibre, tu peux rien faire, t’es dégouté, t’a pourris ta soirée. Sauf que tu ne peux pas le savoir, tant que t’a pas monté ta sono et que tu n’as pas mis du 30Htz, tu ne sais pas.
Après une fois que tu l’as trouvé, de toute façon on va dire le but c’est de jouer face à sa sono. Il n’y a pas de retour, le retour c’est ton son.

Donc ça c’est déjà assez difficile à faire comprendre au mec quand tu vas jouer dans des salles style l’Akwaba. Les mecs, quand tu arrives et que tu dis on veut avoir le son en face de nous, ils sont là « mais nan, coupe le en deux déjà ». Alors toi tu es la « non un seul mur c’est mieux, ça descend plus bas en fréquence etc.. » il faut leur expliquer alors que les mecs ils sont régisseurs depuis je ne sais pas combien d’années, alors ils sont sur d’avoir raison. Tu essayes de déconstruire pour reconstruire, parce qu’eux ils font que des concerts, qui est un mode de consommation de musique européen, machin. Et nous on fait du sound system qui est un mode de consommation de musique jamaïcain à l’origine, et qui s’est étendu à la teuf. Mais à l’origine c’est un peu le concert des pauvres. Tu peux avoir Burning Spear, tous les groupes de musiques qui vont jouer pour toi dans une seul soirée, et ça ne t’aura couté rien du tout, ou moins de 10e en tout cas.

Donc là les salles, elles ont un peu du mal à comprendre qu’on ne met pas de retour, et qu’on joue sono face, tu vois.  Ca les perturbe les gars (rires). C’est-à-dire que en fait, nous on se met en général à l’endroit où il y a la scène, donc on fait démonter la scène, ou on se met devant. Et puis on met le son au bout de la salle qui tape du coup à l’inverse de ce qu’ils ont l’habitude d’entendre. Donc ça les perturbe, je te promets. Les premières à l’Akwaba, on s’est battu et tout. On a été obligé de couper le stack en 2 parce que les gars ils ne voulaient pas. Bon un jour, un a dit, « bon alors maintenant on en a fait 2, ça a marché. Nous on sait comment ça marche, donc ça va être un mur et un va le mettre la. Laisse nous faire une fois, s’il te plait ». On l’a fait, et à la fin, ils ont tous dis « putain, trop bien, c’était vachement mieux que d’habitude ».

Donc voilà, mais ça nous a pris trois dates, donc environ 1 ans, juste pour avoir la configuration sound system. Bon après tu peux couper en 2 mais il faut qu’il y ait au moins trois scoops par stack. Sinon ça vaut pas le coup au niveau de l’infra que tu peux avoir.
Donc il y a toujours cette histoire là – régis, sound system en face. Alors des fois il est un peu décalé, mais il en gros tu n’as pas de retour.

Après, dans l’organisation de l’espace, ça dépend. Nous en gros on arrive dans la salle, et on passe une demi-heure à discuter d’où on va mettre les trucs, on change trois  fois d’avis. Même si on avait déjà réfléchis avant, qu’on avait passé une soirée à boire des bières à en discuter. Au final quand on arrive sur place, ça nous arrive souvent de tous changer. Ca nous arrive même de faire les essais, de s’arrêter et de faire « non, on le rapproche de un mètre parce que ça tape pas assez à l’endroit où on est ».
Parce qu’il faut que tu puisses, là où tu es, avoir un son, ou du moins des repères. Tu vois au début quand on fait des réglages on va au milieu à peu près de la foule et on essaye d’avoir des repères. Moi quand j’entends ça à la régis, ça veut dire que le mec qui est au milieu de la foule il entend ça, parce que des fois ça peut faire mal aux oreilles alors que nous ça nous fait rien.

Après il y a toujours le petit bar, qui en général, mais ça c’est surtout faute de mieux, est intégré dans le même espace de danse que le sound system. On essaye de l’isoler un peu du son quand même, pour que les mecs au bar entendent le son mais ne se mangent pas à plein pot le truc. Après dans les salles ou il y a le bar un peu exclu du son, ou complètement dans une autre salle, je trouve ça  un peu dommage aussi. Ne serai-ce que pour les bénévoles.

Donc après en termes de visuel, en termes de lumière, j’aime bien quand les gens ne se voient pas. Enfin, ne se voient pas, que ça reste dans la pénombre. On met deux points de lumière, enfin je dis ça, mais on se bat avec l’Akwaba aussi pour ça. Le mec des fois ils mettent des trucs on dirait que c’est une boite de nuit. Donc on met une lumière là où il y a les mecs qui chante, ou il y a là son qui est produit, et une lumière là où le son est diffusé. Et au milieu je préfère que ça reste  relativement sombre, ou qu’en tout cas à 5 mètres tu ne vois pas trop – quand les gens sont cote à cote quand même ils se voient. Et je m’aperçois que notamment pour le début de la danse, après quand il y a du monde ils s’en foutent, mais pour le début, ça crée plus rapidement une ambiance de danse, les gens ne se regardent pas les uns les autres, donc ils n’ont pas honte d’y aller ou d’être tout seul parce que de toute façon t’es dans le noir. Le gens te voit mais ils ne voient pas qui t’es, et toi tu ne les vois pas, donc tu n’as pas l’impression d’être observé.

Et du coup c’est quelque chose qui est un peu particulier, parce que finalement dans le sound system, même si les gens regardent un peu le mec qui fait du son, qui chante ou la sono, ils ont quand même moins de points de fixation visuels que dans un concert ou tout le monde regarde le concert, à la limite le mec qui dans à coté de toi tu t’en fout si il danse comme un singe. Il y a moins ce côté ou les gens entre eux se regardent. En  sound system, il n’y a que du son, du coup j’essaye de concentrer les gens là-dessus, de faire deux endroits, et le reste pas de lumière. En général c’est lumière indirecte fixe, par exemple un lumière derrière le stack donc ça crée cette ambiance-là, plus propice pour moi en tout cas, plus propice à la danse, et surtout des danses un peu méditative. Quand j’arrive dans une salle de sound system, que tu reçois des déferlantes de basses, il fait un peu sombre, tu sens un peu de weed mais tu ne vois pas vraiment, et tu vois juste une lumière ultra violent avec Pupajim ou Soom t en dessous. C’est le truc, tu rentres et t’es dans le jus direct.

Aussi le fait de ne pas voir les gens fait que du coup il n’y a que le son, tu es dans la musique.

Ouai t’es concentré sur ton truc. C’est vrai, il n’y a pas comme ils font dans les sound system de teuf des lasers et tout. Il y en a qui le font un peu, mais nous non. Apres ça c’est mon opinion perso, il y a des mecs qui font des super déco. Apres nous aussi de temps en temps on fait un peu des déco, mais ça sera plus sur le bar, ou la régis. Mais l’endroit de danse reste assez sombre.

Vous avez quand joué dans des endroits… on va dire un peu bizarre pour des sonos. Par exemple la session à la Fou d’Allos sur les piste, ou à la fête du panier en dessous de la cathédrale de la major, qui n’est pas un endroit où tu mettrais une sono d’habitude. Est-ce que ça change des autres soirées ?

Moi j’aime bien, franchement. Je me souviens à Paris j’étais sur des sessions sound system sur une péniche. Et rien que le fait que ça soit sur une péniche je suis sûr que tu gagnes 100 bonhommes. Quand tu vas jouer dans une station de ski, rien que le fait que tu aies posé ta sono sur la neige les gens ils sont la « oua top cool ». J’en parlais hier avec Lilou des Iskankers, et elle me disait « putain vous avez toujours des méchants spots », presque on pourrait faire comme dans Amélie poulain, ou t’as le petit nain qui voyage. On pourrait faire le sound system à la mer, le sound system à la montagne. (rires).

Mais ouai, j’aime bien ce côté, le cadre en fait dans lequel tu poses ton son, même si finalement tu fais toujours le même sound system. Effectivement le fait d’aller dans des endroits un peu atypiques c’est sympa. Déjà pour le public ça crée un peu une espèce de petite nouveauté. Les sessions en plein air finalement même si on est dans le sud il n’y a pas tant de monde qui en fait. Donc ça crée… je ne sais pas… ça crée une petite ambiance festive, un peu décalée. Mais d’ailleurs, c’est quelque chose que j’aimerais plus développer, enfin là il faudrait collaborer avec des collectivités, mais de jouer dans des lieux qui ont un passé, un peu comme la Major ou j’en sais rien, la fondation Vasarely.

Des lieux qu’on n’assimilerait pas forcément avec des concerts ?

Oui voilà. Par exemple d’aller jouer devant le Palais des Papes tu vois ? moi ça me plairait bien, ou sur le pont d’Avignon, ou des trucs comme ça. Après ‘faut quand même réussir à justifier ton truc, parce que les collectivités vont avoir peur que tu leur esquinte tout. Mais effectivement, c’est vrai que le cadre global, le paysage devant lequel tu joues ça met une autre ambiance. Quand tu joues à la montagne ou au ski… Mais même tu ne joues pas les mêmes choses. Quand tu joues à la plage ou quoi, ça change.

Donc l’endroit où tu joues influence quand même ce que tu joues.

Ouai, moi ça change mon état d’esprit. Nous ça nous ai jamais trop arrivé parce qu’on a toujours des problèmes et on se fait virer de nos salles, mais d’un côté c’est bien d’avoir des résidences, un lieux que tu connais parce que tu sais comment ta sono elle sonne, tu sais comment ça fonctionne. Même quand on joue plusieurs fois dans des salles, on a testé toutes les configurations possible. On avait une petite salle, le graffiti à Avignon. Et bien là-bas on a testé un mur, 2 murs de 2, un mur de 3, 4 murs de 2 en invitant des gars, ou 2 murs de 3… enfin on a tout testé. Et à chaque fois tu essayes d’organiser ta danse différemment « ah non là il y avait trop de lumière, la prochaine fois on en mettra moins. » « là il y avait les chiottes tout le monde passait devant la régi »… Donc petit à petit tu trouves ton organisation final, c’est vrai que de changer tout le temps c’est chiant.

Après les lieux en plein air, il y a pas cette histoire de comment ça sonne, comment ça sonne pas, parce que tu sais que si tu te mets à 12 pas de ton sound, c’est bon. Nous a calculé notre distance. Mais ça crée un petit truc à la fois pour les gens, parce que eux c’est un peu sympa d’avoir un truc sur une péniche ou quoi. Et puis pour toi aussi, ça te permet de ne pas tourner en rond.

Mais est-ce que tu arrives toujours à avoir la même ambiance, par exemple à la major ou au ski, que par exemple si tu jouais dans des coin plus normaux ?

Ca dépend pas du lieu je dirais, ça dépend plus de qui viens, et qui viens pas. Quand tu joues dans une salle et que tu fais un truc… Ouai en fait ça ne dépend pas du lieu. Ca dépend du publique qui viens.

C’est-à-dire que quand, par exemple, on va jouer à l’Akwaba, on va peut-être avoir des mecs de l’Akwaba qui vienne et qui n’ont jamais vu de sound system reggae, ou quand on joue à la major.
Alors que quand tu joues dans une salle ou c’est toi qui la loue et qui organise un truc perdu et il y a vingt pingouins, t’es sur que tous les mecs qui sont là ils ne sont pas là par hasard. Donc c’est vrai que quand tu changes de lieu, ça te permet d’avoir des gens qui viennent peut être pour le lieu et qui viennent pas forcément pour le son et qui vont le découvrir.

Si tu arrives à faire ta com’ et à suffisamment mobiliser les gens… mais même avec des mecs qui sont pas du sound system, t’arrive à enflammer des danse. Mais ça c’est plus les gens qui créent cette ambiance, et toi si tu arrives à capter cette ambiance, ce que les gens aiment.

Et après des fois ils aiment bien mais tu ne le vois pas. Par exemple les italiens, c’est assez chelou les mecs. Ils ne gueulent pas comme ici. Après dans le nord (de l’Italie) je ne sais pas comment ils font, mais ici tu ‘pull up’ ça gueule et tout. Ils ont l’habitude, on a été élevé à la dub station. En Italie tu fais un pull up, t’a trois mecs qui gueulent tu ne sais pas trop si les gens ils sont content. Ils attendent… Bon… tu remets, et tout. Et à la fin des chansons, des bonnes tunes, ils applaudissent. Enfin moi j’ai rarement vu des mecs applaudir en sound system en France. C’est arrivé peut être quelque fois.

Un truc qui revient souvent c’est qu’en Italie ils sont souvent très conservateurs au niveau sound system.

En France il y a des puristes aussi, mais il y a peut-être plus de sons en France qui sont un peu tout-terrain qu’en Italie.
Mais du coup, c’est vrai que l’ambiance que tu crées. bon ça dépend du lieux. Nous quand on fait les sessions en plein air à Eguilles les gens ils viennent, ils sont chaud kash – parce que c’est la dernière en plein air, ou c’est un lieux qui fait que les gens sont bien. Ou quand on va faire nos sessions à la Fou d’Allos, pas sur les pistes de ski mais on joue aussi dans un bar. Le bar c’est la sortie du weekend end des saisonniers, t’inquiète ils viennent, c’est le faya ! Les gars ils ne sortent pas forcément en son, mais c’est des endroits peut être plus propice à la fête que d’autre.

Et après ça nous est arrivé… attend j’essaie de trouver un endroit où il y a pas forcément eu de vibes… mais même quand il y a eu peu de gens. Voilà, en plus ça ne dépend même pas du monde de gens. Je me souviens on avait fait une soirée à la montagne, on avait fait 70 payants, la salle on pouvait mettre 200. Mais les 70 ils étaient là du début à la fin, t’avait 30 gars qui dansaient, 30 gars qui buvaient, et c’était énorme. On en aurait eu 200 ça aurait été pareil.

Mais c’est vrai, des fois tu ne sais pas pourquoi. Des fois il y a une étincelle, des fois elle n’y est pas. Et je pense qu’avec l’expérience t’arrive à plus tirer ton épingle du jeu quand t’es pas dans des conditions très favorables de publique.

Donc du coup c’est l’interaction avec le publique qui influence énormément ? c’est la grosse différence entre un concert ou un DJ set, et une session sound system.

Bin déjà tout à l’heure on parlait d’identité. L’identité elle est aussi dans un peu le message que tu peux faire passer. Les rasta en font peut être passer d’avantage que nous, mais moi je vais quand même dire des trucs.

Et effectivement, au début il y a toujours un warm up. Assez souvent on fait faire des warm up à des petits jeunes. Mais en fait les warm up c’est super important. C’est ce qui fait que le mec qui est accoudé au bar en train de boire sa bière va venir devant boire sa bière en dansant. Et puis quand il aura fini il va commencer à lever les bras et voilà, tu vois. Et c’est vrai que si le warm up est pourri, et que jusqu’à minuit tu passes de la merde, tu ne parles pas aux gens etc… Moi j’en ai fait l’expérience, et d’ailleurs c’est pour ça que je me suis mis à parler, à chanter.

Au début je ne le faisais pas du tout et je ne suis pas spécialement. mais je m’y suis mis par défaut parce que personne ne le faisait. En plus quand tu parles et qu’il y a personne dans la danse, des fois et surtout au début, t’as un peu honte de dire des trucs, personne te répond. Mais tu vois tu passes la même chanson en disant rien. Ou tu ne mets pas la basse et puis tu l’envois, je veux dire les mecs quand t’envoie la basse personne à calculé. Alors que t’es là tu dis des trucs. En plus avec l’intonation avec laquelle tu le dis. Apres bon c’est la fin de la soirée, que t’es un peu déboité, bon. Mais quand t’as la patate, et que tu parles aux gens, voilà quoi.

Il y a eu une session d’After All ou c’était assez flagrant, avec Marina P et Steppa Style. Marina elle arrive, elle te parle, elle te fait des blagues. En plus tu sens que quand elle te parle elle a la pèche. Bon il n’y avait pas énormément de monde à la soirée, mais pendant qu’elle jouait, tout le monde dansait. Il y a eu Steppa Style après, qui lui du coup parlait qu’en anglais. Mais même si le mec il te parle qu’en anglais qu’il met le ton et la pèche, c’est entraînant. Lui il est arrivé après, artistiquement c’était pas moins bien, mais il n’a pas réussi à mettre la vibes. Et du coup les gens sont un peu sortis, allés boire un verre.

Mais c’est vrai que c’est un exercice assez dure, qui demande de l’expérience. De construire ta danse, de faire rentrer les mecs dans la danse en leur mettant peut être une tune qu’ils connaissent, un truc un peu grand publique. Puis les gens se reconnaissent là-dedans, et la tu les amène dans la danse, ils commencent à danser. Et une fois qu’ils sont dedans tu peux leur passer des trucs un peu plus obscurs.

Et ça c’est d’autant plus vrai quand t’es avec un public de mecs qui sont pas vraiment habitués quand tu te payes un truc genre fête de la musique. Alors  c’est rigolo parce que si les mecs ils ne connaissent pas, ils viennent te dire »allé vas-y, pourquoi vous avez qu’une platine, pourquoi vous parlez ? Arrêtez de parler… » parce qu’ils ont l’habitude des DJ qui enchaînent.  Mais c’est pas ça un sound system, c’est tout ce qu’on  a dit jusqu’à présent. Un gars qui chante, un gars qui parle…etc.
Donc c’est vrai que l’ambiance qui se met dans la danse, et que les gens ils occupent cet espace entre la sono et la régis, elle dépend vachement de la musique que tu passes mais surtout vis-à-vis des non-avertis, de ce que tu vas leur dire pour les amener à venir danser au milieu devant toi. Les interpeller un peu.

Je regardais une interview d’Aba Shanti il y a quelques jours, et à un moment il parle de ce qui faisait que le dub et le reggae, cette musique qui fait que tout le monde puisse danser, tout le monde est content. En ton opinion, qu’est-ce que cette musique a de spécial ?

Déjà je pense qu’il y  a que c’est des soirée reggae et qui sont quand même issues d’une tradition tolérante. Enfin tolérante, c’est ouvert quoi. Tu peux arriver en teuffeur avec des piercings de partout ou en costume trois pièces, ou en berger miteux (rires) tu rentres quand même dans la danse. Alors que tu  vas en boite nan, c’est select. Après dans les concert c’est à peu près aussi ouvert. Donc déjà il y a cette liberté de venir un peu comme tu veux, qui permet que ça soit une grosse fête, parce que tu n’es pas jugé.

Après, je ne sais pas, les mecs qui jouent il y en a c’est pro, mais on est quand même sur une scène quand même beaucoup amateur, en France. Ou semi-pro, mais les sound system qui vivent de leur sound system, en France, je pense qu’il y a Salomon Héritage, Lion Roots, et encore je pense qu’il a d’autres revenus, Blackboard, OBF et… peut-être Legal Shot et encore.

Les autres ils ont tous un boulot. Jah Militant il fait des fruits et légumes, on va pas tous les citer mais voilà. Donc déjà les mecs qui font le son c’est leur petit plaisir. Déjà eux ils viennent pour faire la fête – enfin, tu ne viens pas pour t’emmerder, si ça te fais chier, tu ne fais pas les sessions. Le mecs qui fait le son déjà il vient pour faire la fête, donc il essaye de transmettre un peu ça aux gens qui sont là. Il y a des mecs qui sont sérieux etc., mais moi je considère plus le sound system comme un endroit de divertissement. Tu fais un peu des blagues, c’est assez issu de la tradition jamaïcaine. Les DJ qui font un peu des blagues, qui parlent de la vie de tous les jours. T’es pas obligé de toujours parler de la faim dans le monde, tu peux aussi faire une petite chanson « i’ve got mushroom and cheese in my dancing shoes » (rires).

Un peu faire oublier au gens leur semaine de merde.

Exactement. En plus c’est relativement accessible en termes de sous. EN plus l’anonymat que tu as dans le noir, comme on en parlait tout à l’heure, c’est aussi propice à se lâcher complètement. Tu t’en fous, personne ne te regarde. Les gens ne peuvent pas te voir même s’ils te regardent. Donc voilà, c’est la même chose que ce qu’il se passe dans les teufs, sauf que les mecs ils s’aident avec beaucoup de produits.

Donc voilà, c’est cette ambiance de fête. J’imagine, après je ne suis pas très versé dans les autres trucs, mais il y a peut-être des ambiances dans sounds systems dancehall ou dans des soirées rap ou clash, qui sont un peu plus agressives.

Mais globalement, en tout cas dans la scène sound system dub, on est plus dans une optique : on profite de notre soirée le samedi, on est là pour écouter de la musique. Après il y a un petit message aussi, mais les deux ne s’opposent pas. Les gars qui sont la « non il faut rester sur du roots, du truc sérieux ». Qui disent Jah rastafari tout le temps, tout le temps. C’est bien, faites passer votre message, mais fait une petite blague de temps en temps. Tu peux déconner en sound system. Au contraire, tu fais une petite moquette, tu dis « hop, petite moquette, excusez-nous » hop, tu rigole un coup au micro, et puis c’est repartis. Des fois je me marre, je dis des trucs, je fais du yaourt français-anglais. Du coup tu fais « bon les gars ça voulait rien dire, vas-y on envoie le son ». Pour le warm up sa marche pas mal de faire des petites blagues aussi, tu fais « oh vous les trois du fond là-bas c’est bon, après la troisième bière vous venez danser ».

De manière plus large. Le sound system à la base c’était jamaïcain, après c’est passé en Angleterre dans les années 80-2000. Et depuis 2000, c’est passé en Europe on va dire continentale. Est-ce que tu as une idée pourquoi sa c’est passé ?

Moi je pense que les teufs technos elles y sont pour beaucoup en France, et même en Italie. Parce que c’est quand même des gros teuffeurs en Italie. Et puis la ça commence à gagner l’Europe de l’est. Je pense que cette base la joue beaucoup. Je connais beaucoup de gens qui vont en sound system aujourd’hui, il y a dix ans ils n’y auraient pas mis les pieds et c’est des anciens teuffeurs. Ils continuent à aller un peu en teuf, mais ils se sont un peu calmés, ils ont des gamins… Et puis c’est une musique un peu plus calme. Du coup je pense qu’eux ils viennent pour le coté sound system, mur de son. Donc ils retrouvent certains codes en fait, qui viennent du sound system techno qui vient du sound system. Tu vois, sa fait une sorte de boucle. Et je pense que ça a attaqué l’Europe continentale plus par là.

Après dans les années 2000 on a eu plein de petits groupes de reggae français, qui ont contribués à populariser le reggae en France. Les gros festivals reggae français, Sun ska, jamaican sunrise, Garance, ou Jah ‘Sound ça fait quand même une dizaine d’années que ça existe mais c’est arrivé un peu tout en même temps.

Je saurais pas dire, parce que le reggae à l’origine c’est un peu la musique des opprimés etc. On n’est pas trop des opprimés en Europe, on est plutôt privilégié. Mais on a quand même des choses à revendiquer, et ça fait partie d’une alternative – on n’est pas non plus des gros anar’ – mais il y a ce côté un peu underground.  Enfin qui l’est peut-être moins maintenant, mais bon ça le reste puisqu’on n’arrive pas à trouver de salles pour faire nos trucs, à la télé tu ne vois pas des reportages dessus.
Mais ouai, comme nous on allait en teuf quand j’avais 16 ans, et bin je pense que pour les jeunes aujourd’hui, la teuf ça a un peu perdu son charme – pourquoi je ne sais pas, ça s’est peut-être un peu trop popularisé, trop médiatisé. Et du coup le sound system qui reste le truc un peu underground sa attire un peu les jeunes. Tu vois, d’avoir un truc underground mais qui reste un petit peu plus cadré qu’une teuf ou c’est l’anarchie.

Nous il y a des parent qui nous amènent leur gamin et qui les récupèrent à la fin. Bon voilà, il a 16 ans il peut boire de la bière, c’est bon. Tu vois, ils n’auraient pas fait ça pour une rave party.
C’est pseudo-officiel, mais ça joue sur l’underground aussi parce que ce n’est pas super médiatisé… Voilà. En tout cas ce n’est pas grâce aux médias que c’est comme ça. Ça c’est fait par les activistes. Je pense que les dub station aussi, en tout cas en France, ils ont beaucoup beaucoup contribué. Enfin les dub stations et les autres gars qui ont fait ça en même temps. Les gars qui ont fait les dub clubs à Toulouse, et autre part. Après sur les autres pays je ne sais pas. Mais tu vois ils ont un petit peu plus de retard –enfin de retard – ils ont moins  de sounds systems en Italie, en Espagne. Mais ils sont là ou on en était il y a 4 ou 5 ans je pense.

En Jamaïque et en Angleterre, les sonos elles sont venue des opprimé, des ‘sufferah’. En Angleterre c’est lié au racisme, aux problèmes sociaux… Et en France tu te demandes ou est le lien du coup. En France c’est en majorité des blancs, plutôt classes moyennes qui en construisent.

Ouai en France c’est pas ruff. Si ça venait des quartiers défavorisé sa serait dans les cités qu’ils feraient des sounds systems. Mais ce n’est pas du tout le cas.

Je veux dire tu regardes a Aix le nombre de sound system qu’il y a, Aix c’est plutôt une ville de riche entre guillemets. Mais je pense qu’il y a peut-être un côté… je veux dire dans les années 70, nos parents ils ont été hippies. Les hippies ce n’était pas forcément des mecs qui étaient dans la misère, mais c’était des mecs qui étaient éduqués, et qui croyaient à autres chose que ce qu’il se passe aujourd’hui. Et qui du coup revendiquaient en écoutant du rock, du rock psyché, je ne sais pas quoi. Mais ils étaient issus d’un milieu pas forcément défavorisé, mais ce n’est pas pour ça que tu n’as pas le droit de t’occuper des autres qui sont défavorisés. C’est nous qui créons le bordel aussi, en Afrique, Amérique du sud, qu’importe. Et du coup, ça fait peut être partie d’une espèce de, comment dire. Tu adhère à ce mouvement la parce que tu prends conscience que toi, ta culture occidentale aisée, c’est quelque chose qui n’est pas forcément un modèle, et qu’il y a des choses à changer. Et du coup tu t’identifies au reggae parce que le reggae porte des valeurs d’unité, de paix, de tolérance, et d’entre-aide.

Je veux dire nous ce qu’on essaye d’inculquer dans le reggae c’est qu’il faut être gentil avec ton prochain. C’est peut-être un message biblique mais je m’en fous. Alors que j’écoute des paroles de dancehall, et j’entends « tu me regarde mal je mets mon gun dans ta bouche » tu vois. En gros dans le milieu rap, dancehall, si tu veux être reconnue il faut que tu sois ‘méchant’, et dans le reggae, bin si tu veux être reconnue, il faut être gentil

Donc tu vois, c’est quelque chose d’autre dans lequel un certain nombre de gens se reconnaissent. Et je pense ça contribue au fait que les gens s’identifient à ça. Même si ça vient de Jamaïque, de milieux défavorisés, finalement ça reste quand même une musique qui est militante. Et t’as beau être sorti d’un beau quartier, c’est pas pour ça que ne t’a pas le droit de t’insurger contre les choses qui se passent autour de toi.

Et pour finir, quelles seraient pour toi les grosses différences entre les teufs et les sounds systems reggae ?

Bin déjà au niveau du son, le reggae est plus basé sur des choses mélodiques. D’ailleurs c’est peut-être pour ça qu’on joue à une seule platine. Parce que tu ne peux pas mixer 2 tunes de reggae. T’en a une en du, une en sol… En teuf t’a un tempo et c’est à peu près tout ce que tu dois caller. Donc c’est quand même à mon avis une grosse différence.

Moi aussi ce que j’aime bien c’est le mélange entre un instrument acoustique, un mélodica, un skank, un piano, et un côté un peu électronique. Alors que la teuf ça reste quasiment qu’électronique. Donc nous on a réussis à garder ça dans le mouvement dub. Même si certain comme OBF ne sont pas très acoustiques. Mais tu as quand même un chanteur, tu vois. Il y a quand même une prestation live – de création acoustique – que tu ne trouves pas forcément dans le milieu techno. Le mec il va peut-être créer un truc parce qu’il va tourner un bouton sur sa machine. Effectivement il va créer la musique s’il fait du live, mais cette création artistique est uniquement électronique.

Après bien sûr il y a l’histoire des drogues aussi. Bien que dans les sound systems il y a des mecs qui se mangent de tout. Mais c’est pas aussi ostentatoire. En teuf t’as des mecs avec des sacs d’ecstasy qui sont là à gueuler « ecstasy, ecstasy ! ». Il y a un gars qui fait ça dans ma danse je le fous dehors limite j’appelle les flics. Donc il y a ce côté-là qui est rejette la drogue – donc le publique n’est pas le même.

Il y a l’aspect – enfin les teufeurs aussi parce qu’on les emmerde trop – mais nous on est quand même plus respectueux de la loi… Parce qu’on n’a pas envie de se faire piquer le sound system. Même si on fait des trucs à la limite de la légalité en permanence. Mais c’est vrai que les teufs c’est souvent…  Il y a les vieux teufeurs en général, les mecs ils nettoient le site après, ils ne font pas n’importe quoi… mais globalement une teuf c’est quand même moins contrôlé, c’est sur donation à l’entrée, nous il y a un prix fixe… c’est un peu plus l’anarchie souvent. Mais bon ils y tiennent, c’est bien aussi d’un côté.

Après nous on accorde aussi, beaucoup plus que les teufeurs, c’est un peu une dominance dans les sound systems et les teufeurs moins. Les teufeurs en gros ils veulent le plus de kilowatts possible. Nous on s’en branle des kilowatts. Tu ne le dis même pas le nombre de kilo qu’elle a ta sono. Nous ça nous est arrivé de le mettre, mais plus comme message à destination des teufeurs. Mais quand tu parles d’une sono à un gars. Alors déjà le mec il me demande combien j’ai de kilowatts sur ma sono, je sais que c’est pas des mecs du milieu. Le mec qui veux me demander ce que c’est ma sono en reggae, il va me parler du nombre de scoops que j’ai, c’est un peu l’unité de base. En gros combien de basses tu as, 4 basses, 6 basses… Et du coup il y a un réel souci de la qualité sonore.

Tu vois la sono de Blackboard, ça sonne ultra clean. Le mec il te met 24 scoops, tu as quand même un rendu sonore pour la puissance de son qu’il y a qui est impressionnant.  Alors que les teufeurs souvent ils empilent un peu les caissons, les trucs ils sont déphasés, du coup ils ont tant de kilowatts, mais les trucs ils s’annulent. Eux ils veulent que du gros kick. Le fait qu’ils fassent que de la musique électronique et pas de mélodie ça leur permet peut-être de faire plus ça. Alors que nous si on commence à faire ça, tu vas plus entendre telle fréquence, tu vas plus entendre la voix. Donc la musique qu’on joue nous oblige à mettre la qualité de la diffusion sonore dans les préoccupations principales. Alors qu’en techno, c’est moins le cas.

Après, je ne sais pas si les massives qui viennent dans les sons ils aient cette approche là, mais je pense qu’ils sont quand même capable de voir si une sono elle marche bien ou pas.  Autant dans la teuf t’entend un gros kick, ça fait danser parce que de toute façon tu trottine sur la basse rapide. Il y a des synthés et tout mais si tu les entends pas ce n’est pas très grave. Alors que dans le reggae,  et notamment on parlait des dubplates et comment tu construis ta danse. Et bien je suis allé il y a pas longtemps à une soirée sur une sono dont je tairai le nom, ou ça sonnait pas bien, et bin les gens, ça ne les enveloppais pas, ils n’arrivaient pas à transmettre la vibes. Alors que c’était des bons artistes dessus, mais il y avait pas cette fusion du gars avec le sound system. Et du coup pour que ta danse elle marche bien, il faut que tu ais un bon rendu sonore pour pouvoir bien transmettre ta vibe.
Et ça je pense que c’est quand même une différence assez importante.