Chronique: South Bass Attack Festival

festi

 

Organisé par l’équipe du Bass Explorer Sound System et l’association Musique 4 All, il faut dire que la programmation était alléchante : 7 sounds systems pour 48 heure de musique non-stop. Le principe est simple : une arène composée de 6 sounds qui jouent de 10h du matin, pour le reste de la journée, et jusqu’à 4h du matin; puis une sono qui prend la relève pendant les 6h restantes– pour du reggae et des bonnes vibes en continue.

A peine arrivé, on croise les têtes connus des activistes reggae du sud et autres aficionados, et la session commence donc dans une ambiance bien familiale. De plus, Il n’a pas fallu longtemps pour se rendre compte de la qualité du site. Situé entre Saint-Marcel-Les-Sauzet et Montélimar, la féria a rempli tout les critères. L’arène trônant au milieu, avec l’espace chill-out aux airs de Zion Garden et les stands buvettes et barbecue de chaque côté – un aspect idyllique, le tout entouré d’arbres, d’ombre, et de verdure.

10520755_10204699271498695_771429696729429445_n
(Site du South Bass Attack – photo: After All)

Le premier soir, chaque sound jouant 30 minutes chacun, les sélections ont vite pris du niveau. Les Jumping Lion ont tout de suite montré leurs talents de collectionneurs,  tandis que les Lion King Dub ont ouvert leur caisse de dubplates pour notre plus grand plaisir. After All, accompagné de la talentueuse MC Pitch-up, a délivré une sélection digital à souhait; et Roots Powa et les cuivres de Fayalite Horns ont partagés leurs message conscient à coup de roots puissant.  Les Welders HiFi ainsi que Bass Explorer nous ont aussi fait découvrir leurs productions faites maison, et le Dub Fi Dub final a probablement été ressenti jusqu’à Montélimar

Pour le reste de la soirée, l’équipe du Natural Warrior a pris le relais dans une ambiance festive, l’occasion pour ceux qui en voulaient encore de skanker jusqu’au petit matin.

Le seul bémol du week-end fut la pluie, qui vint se joindre à la fête durant la journée de dimanche. Mais elle n’a pas fait peur aux massives qui sont restés – quoiqu’un peu moins nombreux mais tout aussi motivés– pour cette deuxième partie.

En somme, ce festival a été une belle réussite. De plus, après quelques années où la scène sound system aura été marquée par des festivals toujours de plus en plus grands (tels que le UNOD, Dub Camp, Outlook, Rototom…), il fait grand plaisir de retrouver un festival comme le South Bass Attack où la convivialité est le mot d’ordre. Malgré le fait qu’il n’y ait pas eu de « grand » noms, les invités représentaient tous la nouvelle génération de sound systems, nés aux alentours des années 2010; et qui sont très souvent ignorés dans les festivals de l’envergure du Dub Camp, du Rototom ou de l’UNOD.

Ces festivals souvent ne permettent pas l’interaction et l’échange qui a lieu dans des événements plus petit – et qui au final sont au centre de l’idéal du sound system : que tout le monde soit au même niveau, écoute la même musique, et partage les mêmes vibes. Il n’est pas possible au Rototom ou au Garance par exemple de se pencher vers la control tower et demander le titre de la chanson qui vient de passer, ou même ne serait-ce que féliciter ou serrer la main aux selectas.

Le grands festival permettent de faire venir des légendes,  mais les plus petits permettent un retour à l’esprit moderne du sound system et du reggae : où le clash a été abandonné en faveur de l’échange et la coopération.

Enfin bon, tout cela pour dire qu’on attend très impatiemment une deuxième édition !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s